Les secteurs

Le démarrage des soldes perturbé par la météo

13.01.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Marqué par des fortes chutes de neige et une rigueur hivernale, le temps de ces derniers jours aura douché les espoirs de commerçants dans l'attente d'une ruée des consommateurs, après une période des fêtes plutôt sage. L'activité du mois de janvier devrait en pâtir.

C'était trop beau ! Un froid vif, du soleil, des Français restés relativement sages pour les fêtes de fin d'année. Tout concourait à un démarrage en trombe des soldes d'hiver. Et, patatras ! Le temps de ces derniers jours - d'une rigueur hivernale, pourtant de saison -a largement perturbé les consommateurs, peu enclins à sortir (ou tout simplement empêchés de circuler), comme les commerçants chez qui, pour certains, les difficultés d'approvisionnement auront entraîné des ruptures. A l'image de cette boutique parisienne à l'enseigne Princesse tam.tam où il manquait samedi quelques tailles...
Très attendus par les consommateurs « soldes dépendants » et par le gouvernement à l'affût des moindres signes d'une éventuelle faiblesse du premier moteur de l'économie, ces soldes auront donc démarré dans la confusion. Comme en Bretagne, région particulièrement touchée par les chutes de neige. Le directeur du Printemps de Brest, Michel Brin, estime « la perte de chiffre d'affaires à 50 % par rapport à nos prévisions initiales pour le samedi ». Un manque à gagner difficile à rattraper selon lui, même s'il n'envisage pas d'accélérer la mise en place de la deuxième démarque. Son de cloche identique, de l'autre côté de l'Hexagone. A Lyon, Valérie Duclos, directrice adjointe des Galeries Lafayette de Bron, constate une perte « de 40 % à 50 % de chiffre d'affaires par rapport aux prévisions entre vendredi et dimanche » et s'interroge : « Va t'on rattraper ces trois jours ? » La même enseigne, située dans le centre commercial de la Part-Dieu, a moins pâti des intempéries car le quartier est desservi par le métro, le tramway et le train. Dans l'hypercentre, Georges Cellerier, président de l'association Tendance Presqu'île, restitue un sentiment général : « Les clients ne se sont pas précipités ».
Retour dans l'Ouest, à Rennes, où les 13 magasins de prêt-à-porter Kaki Crazy ont enregistré « sur les quatre premiers jours des soldes une baisse de chiffre d'affaires de 13% par rapport à l'an dernier », selon un responsable de l'enseigne. Quant à l'hypermarché Hyper U d'Yffiniac près de Saint-Brieuc (Côtes d'Armor), il n'a pas bénéficié de ce démarrage des soldes. « La clientèle est essentiellement venue s'approvisionner en produits alimentaires de première nécessité », témoigne un salarié.
Au nord de la France, ce n'était pas non plus la foule dans les magasins, indique Claude Sohet. Le président de la fédération lilloise du commerce souligne, en outre, une activité « des plus calmes » dans le très haut de gamme. Au centre commercial Euralille cependant, les moyennes surfaces et les commerces de prêt-à-porter homme se disent satisfaits malgré un trafic en baisse de 2 % par rapport à 2009. Sur un plan national, la Fédération des entreprises de l'habillement fait état « d'un bon samedi et d'un dimanche plus mitigé », selon son délégué général Jean-Marc Genis. avec l'accent mis sur les « grosses pièces » (manteaux, etc.) qui « ne s'étaient pas trop vendues pour Noël ».
Dans le Sud aussi, le froid et la neige n'ont pas arrangé les affaires des commerçants. En périphérie d'Avignon, certains centres commerciaux, rendus inaccessibles par la neige, ont même dû fermer leurs portes dès vendredi en début d'après-midi pour ne rouvrir que samedi midi. A Marseille, la fréquentation et les ventes ont été médiocres depuis vendredi. Pour l'association Terres de commerces, « la multitude de promotions et autres rabais tout au long de l'année dénaturent l'esprit de déstockage des soldes et en réduit fortement l'impact ».
Pas pour tout le monde ! Les Galeries Lafayette du boulevard Haussmann à Paris ont ainsi enregistré un record historique de chiffre d'affaires mercredi 6 janvier, premier jour des soldes, à plus de 10 millions d'euros. « Cela ne veut pas dire que le mois sera bon », tempère Paul Delaoutre, directeur général de l'enseigne, qui relancera les ventes dès jeudi avec une nouvelle démarque de - 15 %.
ANTOINE BOUDET, AVEC NOS CORRESPONDANTS DANS LES RÉGIONS, Les Echos le 12/01/10

Dernières actualités