Les secteurs

Le Club Méditerranée accélère son internationalisation

15.12.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe pousse les feux sur ses marchés à fort développement, d'Asie et d'Amérique latine notamment.

Après « Cap sur l'incomparable », le nom du plan d'entreprise qui avait accompagné sa montée en gamme, c'est en quelque sorte l'opération « cap sur le reste du monde » au Club Méditerranée : l'exploitant de villages de vacances, seule marque véritablement planétaire dans le tourisme, accélère en effet son internationalisation. La direction a décidé de pousser les feux sur ces - et ses - « marchés à fort développement », d'Asie et d'Amérique latine notamment. Concrètement, le Club doit porter à un tiers la part de sa clientèle issue de cette vingtaine de pays dits « à croissance rapide » (l'Afrique du Sud, la Turquie et les Etats de la péninsule arabique en font aussi partie) d'ici à 2015, à comparer à 25 % sur 2011-2012, ou même à 19 % il y a trois ans.

Cette accélération, annoncée vendredi à l'occasion de la publication de ses derniers résultats annuels, concerne en particulier la Chine, dont le Club Méditerranée a prévu de faire son deuxième marché après la France en 2015, avec 200.000 clients. Car, il dévoilera en 2013 une offre complémentaire à ses villages chinois avec une marque locale estampillée « by Club Med ».

En outre, le groupe prépare le lancement à court terme d'initiatives au Brésil, où il compte déjà 3 villages en exploitation (un quatrième est annoncé), et en Russie. Le Club dispose d'une enveloppe d'une dizaine de millions d'euros pour réaliser des investissements financiers permettant d'engager rapidement des projets.

Nouveaux canaux de vente

Comme le souligne son PDG, Henri Giscard d'Estaing, le Club Méditerranée doit « aller capter la croissance là où elle se trouve », alors que le contexte économique est « récessif » en Europe. Pour autant, observe-t-il, le Club peut encore « gagner des parts de marché » sur le Vieux Continent, et en France en premier lieu. A ce titre, si la priorité est au renforcement de sa distribution directe, la marque au trident complète ses canaux de vente. En témoigne un accord récemment conclu avec Nouvelles Frontières. En outre, les points de vente de type « corner » vont être développés en franchise. Il en sera de même au Benelux, en Suisse et dans les nouveaux marchés étrangers. Au total, le nombre d'unités atteindrait les 200 en 2015, soit quatre fois plus.

Cela étant, le changement, au cours des huit dernières années, du modèle économique du Club Méditerranée, repositionné sur le haut de gamme et le tout-compris, recentré sur les familles, et davantage internationalisé, lui permet déjà de résister. Il a d'ailleurs confirmé sa sortie du rouge en 2011-2012 avec son deuxième profit net part du groupe d'affilée, inchangé à 1 million d'euros, pour un chiffre d'affaires de 1,45 milliard (+ 2,6 % ). Plus significatif : son profit avant impôt et éléments non récurrents a atteint 35 millions, alors qu'il était négatif de 1 million sur 2008-2009. Enfin, son désendettement se poursuit avec un « gearing » (taux d'endettement net) de 22,6 %.

Rachat d'actions

Autre bonne nouvelle pour les actionnaires, il leur sera proposé lors de la prochaine assemblée générale un rachat d'actions en vue de leur annulation. Au regard de la conjoncture en Europe, cette option a été jugée « préférable » au versement d'un dividende, a expliqué Henri Giscard d'Estaing.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 10/12/2012

Dernières actualités