Les secteurs

Le chômage connaît un nouvel accès de fièvre en octobre

28.11.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de 52.400 par rapport à septembre (+2 % sur un mois), selon les chiffres publiés hier par Pôle emploi. Ce chiffre met fin à trois mois consécutifs de hausse relativement contenue.
La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, l'a reconnu d'emblée : les chiffres du chômage en octobre sont « mauvais ». Le nombre de demandeurs d'emploi est effectivement reparti en forte hausse le mois dernier. Selon les statistiques publiées hier par Pôle emploi, le nombre de chômeurs de catégorie A (cherchant activement un poste et n'ayant pas travaillé dans le mois) a bondi de 52.400 par rapport à septembre (+2 % ), pour atteindre 2.627.300. Cette très nette poussée du chômage met donc fin à trois mois consécutifs de hausse relativement contenue : après la baisse surprise du mois de juin, le nombre de demandeurs d'emploi avait progressé de 10.700 en juillet, de 18.100 en août et de 21.600 en septembre. Maigre consolation, la poussée d'octobre reste tout de même en deçà de l'envolée des trois premiers mois de l'année.
L'augmentation des inscriptions au chômage a concerné toutes les catégories d'âge, notamment les jeunes (+2,5 % sur un mois) et les seniors (+2,6 % ). Le nombre des chômeurs non dispensés de recherche d'emploi et ayant éventuellement travaillé au cours du mois concerné (catégories A, B et C) a, lui, progressé de 1,1 % pour atteindre 3.788.200 en métropole. Sur un an, il augmente de 20,3 %. A noter également que le nombre de demandeurs d'emploi de longue durée (inscrits depuis plus d'un an) a progressé de 2,5 % par rapport à septembre.


La croissance insuffisante

Le mois dernier, la « machine » des contrats aidés n'a pas réitéré son niveau exceptionnel d'activité de septembre. Selon la Dares, les contrats d'accompagnement dans l'emploi (CAE) signés ont diminué de moitié par rapport à septembre et les contrats d'avenir ont plongé de 41 %. Par ailleurs, l'intérim s'est stabilisé après avoir augmenté de 2,2 % en septembre : selon les données du syndicat des professionnels de l'intérim (le Prisme), le nombre d'emplois intérimaires en équivalent temps-plein était de 458.358 en octobre, contre 455.555 le mois précédent.
« La tendance à la dégradation de l'emploi devrait se poursuivre quelques trimestres car une reprise graduelle de l'activité ne se traduirait pas par un repli immédiat du chômage », ont prévenu Christine Lagarde et Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat chargé de l'emploi, dans un communiqué. Lors d'une réunion organisée par l'UMP mercredi soir, Christine Lagarde, a dit « espérer » des créations nettes d'emplois « dans la deuxième partie de l'année 2010 ». Malgré cette amélioration progressive, Bercy s'attend tout de même à 190.000 destructions d'emplois marchands (90.000 sur l'ensemble des secteurs) en 2010, indique le projet de loi de Finances.
L'OCDE a estimé la semaine dernière que la « hausse du taux de chômage pourrait bien ne pas s'achever avant le début de 2011 où il pourrait dépasser 10 % en métropole ». L'Organisation anticipe une croissance du PIB de 1,4 % en 2010 et 1,7 % en 2011 qui sera insuffisante « pour stabiliser l'emploi ». Officiellement, la prévision de croissance du gouvernement est plus prudente, tablant sur une progression de 0,75 % l'an prochain. Selon le Premier ministre, elle pourrait plutôt se situer entre 1 % et 1,5 % sur 2010. Mais, « tant que nous n'avons pas retrouvé une croissance supérieure à 2 %, entre 2 et 2,5 %, il est très difficile de reconstruire de l'emploi », a prévenu François Fillon début novembre.
FRÉDÉRIC SCHAEFFER, Les Echos le 27/11/09
 

Dernières actualités