Les secteurs

Le centre Beaugrenelle émerge des bords de Seine

09.08.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Envisagée depuis une dizaine d'années, la rénovation du centre commercial du sud-ouest parisien s'engage enfin. La surface sera triplée pour faire de Beaugrenelle le troisième espace commercial parisien. Au grand dam de certains.

Les premiers coups de pioche ont retenti il y a quelques semaines. Après dix années de discussions émaillées de polémiques, la rénovation du centre commercial parisien Beaugrenelle s'engage enfin. La démolition de l'ancien centre est désormais achevée et le constructeur, le groupe Bouygues, s'attelle aux fondations.
L'ouverture de ce vaste espace commercial de quelque 45.000 mètres carrés, niché aux pieds du Front de Seine dans le 15 e arrondissement, est prévue pour avril 2013. Elle aura pris plusieurs années de retard.
Sur le fond, personne n'a jamais contesté la nécessité de rebâtir l'édifice datant des années 1970 devenu obsolète et inesthétique. Mais la voie a été semée d'embuches : crise financière, difficultés du promoteur Gecina, absence de pilote à bord, recours en justice...
Maintes fois annoncés, les travaux ont fait figure de serpent de mer. Aujourd'hui, Christophe Clamageran, le directeur général de Gecina, veut croire que la donne a changé. Il a repris le projet en main -désormais contrôlé à 75 % par Gecina -et se dit « très confiant quant aux délais et à la réussite ».
« C'est un projet exceptionnel, haut de gamme, qui plus est situé dans une zone de chalandise de 2,8 millions d'habitants dotés d'un gros pouvoir d'achat, ce qui est rare en France », argumente-t-il, affirmant ne pas craindre la concurrence des Halles pour ce qui deviendra le troisième plus gros centre commercial parisien avec à la clef 1 500 emplois.


120 boutiques

Trois fois plus vaste que le précédent, davantage ouvert sur le quartier, le nouveau Beaugrenelle imaginé par Valode et Pistre sera hissé sur 4 étages avec une terrasse de 8.000 mètres carrés, 120 boutiques mi-blockbusters, mi-haut de gamme (Zara, Darty, un cinéma Pathé, un restaurant Costes), des services (crèche, parking), mais aucune « locomotive » alimentaire. « Ce n'est plusnécessaire aujourd'hui, les gens veulent surtout du service, des espaces communs », assure le promoteur.

Si Gecina se sent ainsi pousser des ailes, c'est notamment parce que les recours en justice des riverains ont été épuisés. Toutefois, l'hostilité demeure chez certains peu désireux de voir le quartier se muer en zone commerciale. « Ce gigantisme sera préjudiciable aux petits commerçants, mais aussi aux habitants car il va y avoir des embouteillages : notre voirie et nos transports en commun ne sont pas adaptés pour accueillir 20 millions de visiteurs », peste Philippe Goujon. Le maire (UMP) du 15 e arrondissement est depuis longtemps hostile au projet municipal.


45 % des surfaces louées 

C'est en effet la Mairie de Paris, propriétaire des lieux, qui a choisi de vendre Beaugrenelle à une SCI composée de la Foncière Euris, d'Apsys, de Paris-Orléans, et de Gecina. « Ils avaient besoin de ce centre pour régénérer le quartier. Nous étions d'accord pour investir 450 millions à condition de devenir propriétaires », explique Christophe Clamageran.

Les promoteurs parviendront-ils à amortir l'investissement ? Pour l'heure, 45 % des surfaces à louer ont trouvé preneur. Un chiffre modeste à dix-huit mois de l'ouverture mais qui ne fait pas peur à Gecina. « Délibérément sélectif » -certaines enseignes ont été évincées -, Christophe Clamageran espère signer cet automne avec de grandes marques étrangères.

LAURENCE ALBERT, Les Echos le 08/08/2011

 

Dernières actualités