Les secteurs

Le Brésil va créer 140.000 chambres d'hôtel d'ici à 2016

30.08.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Porté par la conjoncture et les grands événements sportifs, le secteur hôtelier explose et s'apprête à investir 7,5 millards de dollars dans la construction de 200 hôtels.

Les propriétaires d'hôtel au Brésil se frottent les mains. La bonne santé de l'économie locale a un impact direct sur l'occupation des chambres. Les entreprises multiplient déplacements et conférences, alors que les particuliers dépensent davantage grâce aux gains de pouvoir d'achat. D'autant plus qu'une nouvelle classe moyenne commence à se frayer un chemin sur la voie du tourisme local.

Mais c'est surtout la perspective incontournable des grands événements sportifs que le pays va organiser dans les prochaines années qui attire l'attention des investisseurs. Avec deux rendez-vous majeurs : la Coupe du monde de football, qui aura lieu dans une douzaine de villes en 2014, et les jeux Olympiques de Rio de Janeiro, deux ans plus tard. Il s'agit des deux plus grands événements sportifs du monde, et ceux qui attirent le plus de spectateurs-visiteurs. A titre de comparaison, l'Afrique du Sud a accueilli lors du Mondial 2010 près de 300.000 visiteurs étrangers. Et on en attend 1 million pour les JO 2012 à Londres. Le Brésil accueillera aussi la Coupe des confédérations de football, un an avant le Mondial, et le pape Benoît XVI, à Rio, pour les Journées mondiales de la jeunesse en 2013.


Poussée de la classe moyenne 

Contrairement aux stades de football et aux aéroports qui ont pris beaucoup de retard, l'infrastructure hôtelière part déjà sur de bonnes bases. Le plan d'investissement qui vient d'être révélé est ambitieux. Près de 7,5 milliards de dollars en cinq ans, dans le but d'augmenter le nombre de chambres disponibles de 40 % dès la Coupe du monde.

« La capacité d'accueil à Rio va doubler », prévoit le président de la Fédération brésilienne des hôtels Alexandro Sampaio, grâce à 23.000 chambres supplémentaires. Il confie que ces investissements seront débloqués grâce à des incitations fiscales concédées par la municipalité.
A l'échelle du pays, la capacité hôtelière doit atteindre près d'un demi-million de chambres en 2014. Au total, près de 200 nouveaux hôtels doivent surgir. Un mouvement porté par la bonne phase du secteur immobilier dans le pays.
Accor, leader sur le marché avec 145 établissements, allant du Formule 1 au Sofitel, entend bien transformer l'essai, avec un objectif de 225 établissements d'ici à fin 2015. La plupart des contrats sont déjà signés, affirme le directeur du développement d'Accor Hôtel pour l'Amérique latine, Gilles Gonzalez. Avec un coup d'accélérateur pour la chaîne Ibis, qui devrait passer de 58 à plus de 100 unités.
Le secteur garde un bon élan, après avoir enregistré l'an dernier la meilleure performance de son histoire. Selon une étude du cabinet Jones Lang LaSalle, la moyenne d'occupation des chambres s'est élevée à 68 % (72 % pour le segment économique), et les recettes par chambre ont augmenté de 17 % par rapport à l'année précédente.
La tendance à la croissance se maintient, selon les professionnels du secteur. « On a une forte poussée de la classe moyenne, avec 20 millions de nouveaux entrants au cours des cinq dernières années. Et on prévoit de nouveau un contingent de 20 millions de personnes dans la classe moyenne au cours des cinq prochaines années. Soit, en dix ans, 40 millions de nouveaux consommateurs. Pour le secteur de l'hôtellerie, c'est assez extraordinaire ! », assure Gonzalez.
 

THIERRY OGIER, CORRESPONDANT À SÃO PAULO, Les Echos le 30/08/2011

 

Dernières actualités