Les secteurs

La Pataterie passe le cap des 70 restaurants

05.08.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Le réseau de restaurants La Pataterie, qui vient d'inaugurer deux établissements coup sur coup, compte atteindre la centaine en 2012, année où il pourrait ouvrir son capital et entrer sur le second marché boursier.

Le concept simplissime - une grosse pomme de terre servie sur une planche entourée d'accommodements divers -développé depuis 2005 par un ancien restaurateur de Brive remporte un franc succès. Avec un retour sur investissement garanti dès la première année d'exercice, Jean-Christophe Pailleux reçoit à son siège social de Limoges des candidats à la franchise venus de la France entière. Sur un cahier des charges drastique, concernant aussi bien les recettes que le décor, il leur propose pour 650.000 euros (100.000 euros de droits d'entrée et 550.000 euros de travaux) une formule capable de générer, dit-il, 1 million d'euros de chiffre d'affaires dès la première année et des possibilités ultérieures de progression.

Ouverte à Tulle le 13 juillet dernier, sa 70ème Pataterie fait partie d'une stratégie qui aura vu se créer 17 unités en 2009 et qui devrait se traduire cette année par 30 inaugurations. Après Troyes, Soissons, Beaune, Saint-Lô, c'était le tour d'Agueneau hier et ce sera ceux de Vitray le 16 août, puis Vierzon et Halluin en septembre, en attendant Laon, Redon, Orgeval, Castres…

« Nous ciblons les agglomérations ayant une zone de chalandise de 50.000 habitants, nos restaurants sont construits en moyenne sur 350 m2 dans un style néocampagnard en rapport avec notre cuisine. Nos droits à la franchise peuvent sembler élevés, mais nous nous occupons de tout, de la recherche foncière, des relations avec les constructeurs, du recrutement, de la formation, etc. Nous délivrons ainsi un produit clefs en main, exploitable et rentable immédiatement », vante l'entrepreneur.


Au-delà de l'Hexagone

Avec 35,2 millions d'euros de chiffre d'affaires et 750 salariés fin 2009, franchises comprises (52 unités à l'époque), la Pataterie commence à peser son poids dans le monde de la franchise et de la restauration thématique. Pour une addition moyenne de 16,40 euros, Jean-Christophe Pailleux et ses partenaires auront servi la même année plus de 2,36 millions de repas dans un décorum qui doit tout aux recherches de trois brocanteurs recrutés pour l'occasion. Ils sont chargés de dénicher à travers les campagnes des seaux, des mangeoires, des tracteurs et autres outils agraires afin d'agrémenter les salles en détails ruraux, en symbiose avec les patates.

Un directeur général vient d'être recruté pour animer le réseau et le président-directeur général a monté sa propre centrale d 'achats pour alimenter ses unités. Tout le personnel, des dirigeants aux serveurs, passe par son centre de formation limougeaud, et il travaille en permanence à de nouvelles idées de promotions, de jeux pour enfants, de recettes gourmandes mais bon marché. Ambitieux, il prévoit l'arrivée d'investisseurs intéressés par son développement d'ici à 2012 et réfléchit aux possibilités d'entrer sur le second marché boursier dans un proche avenir. Décidé à proliférer, il projette une expansion vers l'Europe de l'Est, le Magrheb, le Canada, partant du constat que le monde entier aime les pommes de terre.

JEAN-PIERRE GOURVEST, Les Echos, le 03.08.10

Dernières actualités