Les secteurs

La grogne des librairies contre Amazon se fait de plus en plus forte

11.01.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Accusé de faire du dumping, le géant américain du commerce en ligne Amazon est pointé du doigt par les libraires.

Pour les libraires, le grand méchant loup a un visage, celui d’Amazon. La colère contre le géant américain du commerce en ligne se fait de plus en plus forte parmi les libraires, et certains prennent la plume pour le dire haut et fort. « Amazon, c’est 48 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Avez-vous vraiment envie d’apporter votre obole à ce géant qui essaie par tous les moyens de vous lier à son business (tablette numérique non ouverte, déréférencement des éditeurs qui n’accepteraient pas leurs conditions, etc.) et qui de plus se comporte en spécialiste de l’évasion légale et organisée », se sont ainsi insurgés Frédéric et Jean-Pierre Delbert, propriétaires de la librairie Martin-Delbert à Agen, dans une tribune intitulée « Amazon c’est la zone » et publiée la semaine dernière dans l’hebdomadaire « Livres Hebdo ».

Tribune pour un SOS

Les deux libraires, qui font partie d’un regroupement de 35 librairies indépendantes, souhaitent par cette tribune alerter leurs clients, et pointer les incohérences des pouvoirs publics qui, d’un côté, veulent soutenir les librairies et, de l’autre, encouragent celui qu’elles accusent d’être leur fossoyeur à s’implanter en France, via des subventions. « Il ne s’agit pas de nier l’intérêt de la vente à distance sur Internet, mais, avec Amazon, elle délocalise totalement les économies. Cela devient incompréhensible alors même que le prix est le même, que le nombre de références est identique, et que l’acteur de cette délocalisation ne joue pas le jeu de l’entreprise en ne payant pratiquement pas d’impôts en France. Il est important de dire au consommateur qu’en achetant sur Amazon, il donne de l’argent à une multinationale qui n’a que faire de son environnement local. Et nos élus ne se contentent pas d’applaudir à l’implantation de plates-formes d’Amazon en France, mais ils les subventionnent », déclare aux « Echos » Jean-Pierre Delbert.

Les griefs contre Amazon sont nombreux. D’abord, en ne facturant pas les frais de port, le géant américain est accusé de pratiquer une remise interdite et de contourner la loi sur le prix unique. Contre cette pratique, le Syndicat de la librairie française (SLF), qui regroupe les librairies indépendantes, a introduit une action en justice. Il a gagné en première instance, mais l’américain a fait appel.

Le SLF avait initié une procédure similaire contre Alapage il y a plusieurs années, mais avait fini par perdre en cassation. « Amazon fait de la concurrence déloyale et de l’optimisation fiscale. Il nous est difficile de concurrencer ce type d’entreprises », ajoute Olivier Hugon-Nicolas, délégué général du SDLC (Syndicat des distributeurs de loisirs culturels), qui regroupe plusieurs réseaux de distribution spécialisés.

De plus, certains éditeurs accusent Amazon de vendre sous format « occasion » des livres neufs, via sa plate-forme Marketplace. Le groupe américain est aussi accusé de déréférencer des éditeurs qui ne se plient pas à ses règles. En clair, Amazon est l’ennemi à abattre.

Grégoire POUSSIELGUE, Les Echos, 08/01/2013

Dernières actualités