Les secteurs

La chocolaterie de Puyricard fait rimer innovation et patrimoine

27.03.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

La chocolaterie de Puyricard mise beaucoup sur ses produits innovants. La maison compte désormais 17 boutiques, dont 3 en franchise.

A l’approche de Pâques, la chocolaterie de Puyricard est dans les starting-blocks. Si la période n’atteint pas l’intensité de Noël, elle reste clef dans l’année. A côté des traditionnels lapins et cloches, la maison propose cette fois-ci des oeufs semblant tout droit sortis de la voie lactée. Pour chacun, apposer les paillettes d’or ou d’argent, les tamponner avec une éponge imprégnée de chocolat et donner l’effet de voûte céleste souhaité aura nécessité un travail artisanal de précision de vingt minutes. Et, en amont, un vrai temps de recherche.

Quant aux bonbons de chocolat, dont la marque propose une centaine de variétés, ils nécessitent une logistique pointue. Car, contrairement à d’autres acteurs, la maison se refuse à pratiquer la congélation, jugeant qu’elle empêche les saveurs de s’exprimer pleinement. Il y a donc, comme toute l’année, un process à activer pour fabriquer les chocolats en flux tendu et les livrer toutes les semaines aux boutiques. « En période de fête, les ventes se réalisent désormais plus tard. Mais les gens cherchent toujours à se faire plaisir », relève Tanguy Roelandts, maître chocolatier et président de Puyricard, l’entreprise fondée en 1968 par ses parents et portant le nom de la ville des Bouches-du-Rhône où ils ont installé leur atelier de fabrication. Deux casquettes différentes entre lesquelles il est perpétuellement amené à jongler.

Le classique, valeur sûre

La maison a été la première société agroalimentaire à obtenir le label d’entreprise du patrimoine vivant. « Nos clients sont extrêmement fidèles et transmettent leur goût à leurs enfants. Ils réclament des nouveautés mais les classiques nous font vivre », remarque Tanguy Roelandts. Parmi les derniers lancements, on compte le Riad, une confiserie à base de dattes qui prend la forme d’un calisson.

La maison compte désormais 17 boutiques, dont 3 en franchise, surtout dans le Sud-Est, son fief d’origine. La dernière en date a été ouverte à la fin de l’année dernière à Nice, au centre commercial Cap 3000. Mais elle dispose aussi de quatre points de vente parisiens. Elle compte bien s’étendre à d’autres villes en élargissant le cercle depuis son site de production, pourquoi pas à Bordeaux ou Lyon. Et elle commence à envisager de développer vraiment l’export.

Clotilde BRIARD, Les Echos, 25/03/2013

Dernières actualités