Les secteurs

L'Occitane accélère les ouvertures de boutiques

02.12.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

L'Occitane poursuit son parcours sans faute. Première entreprise française à s'être introduite à la Bourse de Hong Kong en mai dernier, la société de cosmétiques de Manosque a publié lundi des résultats semestriels en nette progression. Au premier semestre, le fabricant de crème à base de noix de karité ou d'immortelles a vu ses ventes progresser de 28 % , à 331 millions d'euros. Le résultat net pour la période a grimpé dans le même temps de 19 %, pour s'établir à 30 millions d'euros.


L'activité a été particulièrement soutenue au Brésil (+ 44 % ) et en Grande-Bretagne (+ 40 % ), où L'Occitane est peu présent, mais aussi au Japon (+ 30 % ), son premier marché dans le monde. En France, les ventes sont en léger recul de 0,7 %, un mouvement lié notamment à la réorganisation des forces de vente de sa marque bio Melvita.


Cap sur l'Inde et la Chine

Depuis le début de l'année, l'entreprise a continué à ouvrir des magasins. Au total, 62 nouveaux points de vente ont été inaugurés, contre 43 durant la période équivalente de 2009, ce qui porte à 1.640 le nombre de ses boutiques, dont la moitié détenues en propre. Avec pour nouvelle priorité les marchés émergents, notamment la Chine et l'Inde. Le patron, Reinold Geiger, estimait récemment que L'Occitane pourrait monter à 300 magasins en Chine, un pays qui ne pèse que pour 3 % dans ses ventes.


Accélérer son internationalisation, tel était bien l'objectif de L'Occitane en entrant à la Bourse de Hong Kong, où la société a levé 530 millions d'euros. Cet argent doit aussi l'aider à effectuer des acquisitions. Hier, le directeur général, André Hoffmann, a précisé qu'il cherchait à acheter des marques bio et à base de produits naturels au Brésil et en Chine.


Le fabricant, qui a connu une croissance exponentielle depuis ses débuts en Provence en 1976, a les mains libres pour avancer. Après dix ans de présence au capital, Clarins a en effet cédé fin juin les 10 % qu'il détenait encore. Une transaction estimée à 150 millions d'euros. Le groupe de cosmétiques, qui s'est fortement endetté quand il est sorti de la Bourse il y a deux ans, va pourvoir ainsi améliorer son bilan.


DOMINIQUE CHAPUIS, Les Echos, 30.11.2010
 

Dernières actualités