Les secteurs

L'hôtellerie mondiale a renoué avec la hausse des prix en 2010 sans effacer l'effet de la crise

22.03.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Selon la dernière étude annuelle d'Hotels. com, le prix moyen de la chambre d'hôtel a crû de 2 % l'an dernier, revenant à son niveau de 2004. En Amérique du Nord et en Europe, il reste en deçà. Le spécialiste de la réservation hôtelière sur Internet ne prévoit pas d'accélération en 2011.


Publiée hier, la dernière étude annuelle d'Hotels.com sur les prix pratiqués dans l'hôtellerie confirme, à son tour, que le secteur est sorti de la crise l'an dernier. Pour autant, l'amélioration, qui doit beaucoup à la reprise des déplacements professionnels, est somme toute modeste à la lecture du document qui s'appuie sur un échantillon d'environ 110.000 hôtels, situés dans plus de 18.000 destinations. Et l'impact du retournement est loin d'être effacé. Comme le rappellent les professionnels, la reprise dans l'hôtellerie commence, en général, par une progression des taux d'occupation, la revalorisation tarifaire intervenant dans un second temps.

L'étude d'Hotels.com, qui prend en compte les prix effectivement payés à travers la plate-forme du géant mondial de la réservation sur Internet (groupe Expedia), fait ainsi état d'une hausse du prix moyen d'une chambre de 2 % dans le monde en 2010, après une chute de 14 % un an auparavant, ce qui ramène l'indice établi par Hotels.com à son niveau de 2004, année de son lancement ! De même, si le redémarrage en Amérique du Nord est tangible avec une augmentation de 2 %, le prix moyen dans la région n'en est pas moins en retrait de 2 % par rapport à... 2004. Autre exemple significatif, l'indice d'Hotels.com est stable pour l'hôtellerie européenne par rapport à 2009 et accuse de facto un retrait de 1 % par rapport à son niveau constaté six ans auparavant, et de 20 % par rapport à son pic du deuxième trimestre 2007.


Vitalité en Asie-Pacifique

A contrario, l'Asie-Pacifique témoigne de sa vitalité car, en dépit d'une baisse de 2 % l'an dernier, l'indice d'Hotels. com pour la zone s'avère 15 % plus élevé qu'en 2004. En outre, l'Asie est plus que jamais bien représentée au sein du palmarès des grandes destinations ayant profité des plus fortes hausses tarifaires : Macao (+ 49 % ), Hong Kong (+ 30 % ), Singapour (+ 23 % ) et Shanghai (+ 22 % ) figurent dans le Top 10, établi à partir des réservations des voyageurs de la zone euro. Le Brésil est également en vogue avec Rio de Janeiro (+ 29 % ) et Sao Paulo (+ 24 % ). Mais c'est une petite cité européenne très en vue, Davos (+ 50 % ), qui se place en tête.

Ce même volet de l'étude d'Hotels.com constate le retour en grâce des principales agglomérations américaines et la situation contrastée de la Vieille Europe.

Pour l'année en cours, la direction d'Hotels. com fait preuve d'une grande prudence. « La reprise continue. La tendance est similaire à celle de l'an dernier. On ne voit pas de grosse accélération », indique aux « Echos » son responsable du marketing et de la stratégie, Nigel Pocklington.

Ce dernier estime par ailleurs que les soubresauts que connaît le monde arabe depuis le début de l'année, et la triple catastrophe survenue au Japon auront des « conséquences locales ». Nigel Pocklington cite Tokyo et Bahrein parmi les destinations touchées, mais aussi Charm-el-Cheikh, un lieu de vacances pourtant à l'écart de la révolution égyptienne.

CHRISTOPHE PALIERSE, Les Echos, 22/03/2011

Dernières actualités