Les secteurs

Jeux vidéo : Micromania et Free bien placés pour reprendre partiellement Game France

29.01.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Micromania et Free sont bien placés pour reprendre partiellement Game France. Mais même si les offres sont acceptées, 400 salariés perdront leur emploi.

Une partie des magasins Game devrait bel et bien trouver un repreneur, mais plus de 400 personnes vont se retrouver sans emploi, soit plus de 70 % des effectifs actuels. Le tribunal de commerce de Bobigny a donné vendredi un avis positif sur deux des trois offres déposées pour la reprise de l’enseigne de distribution de jeux vidéo, placée en redressement judiciaire à l’automne. Sans surprise, l’offre de Micromania a trouvé un écho favorable.

Le numéro un du secteur en France propose de reprendre 44 des 157 magasins de Game, ainsi que 88 des 557 salariés en CDI. La direction de Micromania s’est d’ores et déjà félicitée de cet avis positif. Le leader français serait ainsi à la tête de 444 magasins dans l’Hexagone. « Nous avons un projet de long terme, affirme le président de Micromania Pierre Cuilleret. Nous ne serons pas le prochain Game ou Virgin car nous avons anticipé les tendances du marché, en proposant des offres dématérialisées par exemple. » L’Autorité de la concurrence devra toutefois se pencher sur la question.

Précision dès ce lundi

Mais la surprise est venue de Free. Le fournisseur d’accès à Internet a bel et bien déposé une offre de reprise. Celle-ci est limitée : elle ne concerne que six boutiques et une dizaine de salariés. L’offre recoupe, en outre, partiellement, celle de ses concurrents, ce qui pourrait faire baisser le nombre de magasins effectivement rachetés à trois. Les salariés ont, en outre, exprimé leurs inquiétudes face à cette solution.

Le troisième dossier a lui aussi soulevé quelques réserves. Il émane de Game Cash, une enseigne spécialisée qui se proposait de reprendre 65 salariés et 24 boutiques. La balle est désormais dans le camp de cette société, dont le siège est basé à Angers, pour améliorer son offre et apporter des garanties financières. « Celles-ci seront apportées dés ce lundi », affirme son président Philippe Cougé.

La décision définitive sera rendue le 1 er février. Game France avait accumulé les pertes - et les plans de fermeture de magasins - ces derniers mois. Sa maison mère britannique, Game, présente partout en Europe, a déjà fermé 300 boutiques et s’est séparée de plus de 2.000 salariés. L’enseigne, placée en redressement judiciaire à l’automne, n’a pas su prendre le virage du numérique et s’est retrouvée concurrencée par la vente en ligne et le téléchargement.

Nicolas RAULINE, Les Echos, 28/01/2013

Dernières actualités