Les secteurs

immobilier : les ventes du neuf se dégradent mais les prix résistent

31.08.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Les promoteurs immobiliers ont vendu 14 % de moins de logements neufs au deuxième trimestre 2012 qu’un an plus tôt. Ils ne bradent pas encore.

La perspective de l’arrêt à la fin de l’année de l’avantage fiscal Scellier appliqué à l’achat de logements destinés à être loués pourrait inciter les investisseurs en quête de placement à se dépêcher d’acheter. Mais, pour l’heure, cela ne suffit pas à soutenir le marché immobilier.

Les octrois de permis de construire (constructions neuves) ont reculé de 2,5 % sur les trois mois arrêtés à fin juillet par rapport à la même période en 2011. « On assiste à un lent mais constant repli », observe le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), François Payelle.

Plus important encore à ses yeux est le décrochage des mises en chantier, avec un recul de près de 6 % sur la période de mai à juillet 2012, par rapport aux trois mois précédents (février-avril 2012), et de 12 % par rapport à la même période en 2011. Au total, sur douze mois cumulés à fin juillet, c’est 348.500 logements neufs qui ont été mis en chantier, un chiffre encore stable sur un an (+ 0,3 % ) qui devrait bientôt s’enfoncer dans le rouge.


Les promoteurs ne bradent pas

« Le net repli des logements commencés est cohérent avec nos mauvais indicateurs commerciaux depuis six mois », résume François Payelle, qui souligne une nouvelle dégradation des ventes de logements neufs entre le premier et le deuxième trimestre. « Après 400.000 logements commercialisés ou lancés en moyenne par an sur les trois dernières années, en 2012 on ne devrait pas dépasser 320.000, loin de l’objectif de 500.000 logements par an fixé par le gouvernement », ajoute-t-il. Le ministère mesure une baisse des ventes des promoteurs de 14 % au deuxième trimestre par rapport à 2011, après - 12,2 % au premier trimestre, contre, respectivement, - 25 % et - 29 % selon la FPI, sur un échantillon un peu différent du ministère. « Au début de l’été, les présidents de région signalaient une hausse du taux de désistement, l’annulation des contrats préliminaires étant apparemment due au durcissement des conditions d’obtention de prêts bancaires », poursuit le président de la FPI. De fait, entre avril et fin juin, « plus de 1.400 réservations à la vente enregistrées au cours des trimestres précédents ont été annulées, en hausse de 50 % par rapport au deuxième trimestre 2011 », note le ministère.


Dans ce contexte difficile, les promoteurs font preuve d’une plus grande prudence et ralentissent leurs mises en vente : elles ont baissé de plus de 15 %, à 26.000 logements (contre moins de 21.000 logements vendus). Résultat : si les stocks montent lentement, ils restent encore limités et les promoteurs ne bradent pas. « Le prix moyen au mètre carré des appartements neufs au deuxième trimestre 2012 (3.190 euros) est supérieur de 2,1 % à celui du deuxième trimestre 2011 », observe le ministère. Le prix moyen des maisons, lui, reste stable à 251.000 euros.


Myriam CHAUVOT, Les Echos, le 29/08/2012

Dernières actualités