Les secteurs

Immobilier : les prix flirtent à nouveau avec leur plus haut niveau

13.04.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Les prix de l'immobilier ancien remontent légèrement au 1 er trimestre 2010, selon Century 21. Ils sont en très forte hausse à Paris (+7,4 % ). La baisse des prix, liée à la crise, est presque effacée.

Les chiffres publiés ce jour par Century 21, doivent être examinés avec attention. D'abord parce que c'est le premier intervenant du marché à se prononcer sur l'évolution des prix au 1er trimestre 2010 (la FNAIM le fera la semaine prochaine, quand les notaires feront, eux, la semaine prochaine également, un bilan, mais de l'année 2009 seulement). Ensuite parce que c'est un intervenant sérieux : dans ce réseau d'agences, les prix de vente sont automatiquement renseignés par les agences de terrain, parce que ce sont ces prix qui servent de base à la commission qui est reversée à la tête de réseau. Aussi on ne badine pas avec la remontée des chiffres chez Century 21. Mieux, des inspecteurs vont même, deux fois l'an, vérifier dans les agences que les prix renseignés sont les bons. Dans ces conditions, on peut dire que les chiffres publiés ce jour, sont l'exact reflet de ce qui s'est passé dans les agences Century 21 au premier trimestre 2010. Peut-on pour autant extrapoler ces chiffres à l'ensemble du marché ? A priori non, les 900 agences Century 21 ne pèsent que 8 % du marché (16 % des affaires qui passent par les agents immobiliers). Il s'agit cependant, d'une bonne indication de ce qui se passe en ce moment sur le marché, en attendant que les notaires nous en disent davantage, dans cinq ou six mois.

Les prix moyens au m² de l'immobilier ancien enregistrent une hausse de 6,97 % sur douze mois et une variation positive de 0,41 % entre le 4ème trimestre 2009 et le 1er trimestre 2010, selon la note de conjoncture publié ce jour par le réseau d'agences Century 21. Bien sûr des disparités régionales subsistent. Les régions où les prix avaient le plus monté au second semestre 2009 (Franche-Comté + 5,6 %, Basse-Normandie + 7,3 %, Haute-Normandie + 6 %, Pays-de-la-Loire + 4,5 % ), sont celles où les prix ont le plus baissé au premier trimestre.  « Dans ces régions, le marché s'est automatiquement régulé avec, dans un premier temps, un réajustement des volumes, qui a entraîné, dans un second temps, un rééquilibrage des prix », explique-t-on chez Century 21, qui conclut que  « le dynamisme du marché immobilier ancien ne tient donc qu'à la modération de la hausse des prix ». Ceux-ci flirtent désormais  « avec leurs niveaux les plus hauts, effaçant ainsi la baisse enregistrée avec la crise ». Du coup, Century 21 confirme ses prévisions de début d'année et réaffirme qu'au total les prix dans l'ancien devraient progresser de 1 % à 3 % en 2010, si les taux d'intérêt ne subissent pas d'augmentation.


Les transactions en hausse et les délais de vente en baisse

 « L'activité repart à la hausse, et ce, que ce soit pour le marché des maisons ou pour celui des appartements », selon Century 21. En termes de volume, le réseau constate une augmentation de 7,86 % des transactions au niveau national sur trois mois (+38,6 % sur un an). Autre bonne nouvelle : les délais de vente moyens raccourcissent, passant de 103 jours au 1er trimestre 2009 à 89 jours au 1er trimestre 2010, une tendance qui vaut pour les appartements comme pour les maisons.


Très forte hausse des prix à Paris

A y regarder de plus près, des fortes disparités apparaissent, avec Paris qui continue de faire cavalier seul. Les prix de l'immobilier ancien y sont  « en nette augmentation, à + 11,3 % sur un an, et de + 7,4 % entre le 1er trimestre 2010 et le 4ème trimestre 2009 », selon Century 21. Cette évolution marquée a pénalisé le marché qui enregistre une diminution de ses volumes de ventes de l'ordre de - 3,6 % au cours des trois derniers mois (versus + 36,5 % sur un an).  « Le marché parisien se caractérise également par une quotité de financement nettement inférieure à la moyenne nationale (67 % contre 77,3 % pour l'hexagone), et des durées de prêts qui raccourcissent d'environ 16,9% sur un an pour s'établir à 20,19 ans, tandis qu'elles sont relativement stables à l'échelle nationale. Cela laisse à penser que le marché parisien connaît un retour plus prononcé des secondo accédants et des CSP + qui, faisant preuve d'attentisme, avaient abandonné le marché en 2009 », explique-t-on chez Century 21.

La tendance est beaucoup moins marquée en banlieue parisienne,  « avec une hausse des prix moyens au m² de 5,4 % entre le 1er trimestre 2010 et le 1er trimestre 2009, et de 1,07 % entre le 1er trimestre 2010 et le dernier trimestre 2009 ». Selon la même logique, cette évolution des prix plus modérée permet au marché  « de connaître un fort dynamisme : + 42,2 % de volume sur un an ».

Mireille Weinberg, Les Echos, 09.04.2010

Dernières actualités