Les secteurs

Immobilier : les courtiers en crédit tirent leur épingle du jeu

04.01.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Malgré le fort recul de la production de prêts cette année, les courtiers semblent ne pas avoir trop souffert.

L’année 2012 n’a pas été très faste pour le marché du crédit immobilier. En cumul, sur douze mois, la production de prêts a reculé de 34 %, selon les chiffres de la Banque de France. Les courtiers ont cependant été relativement épargnés par la contraction de l’activité. Selon Pascal Beuvelet, à la tête de In&Fi, un réseau d’environ 130 agences en France, les courtiers ont même gagné des parts de marché cette année, avec une croissance comprise entre 7 % et 10 %. « On estime que, dans cinq ans, la part de marché des courtiers en crédits immobiliers devrait être de 40 %, contre 20 % à 25 % aujourd’hui », indique-t-il.

« Dans un environnement financier complexe, les clients sont à la recherche de conseil indépendant et d’expertise, et font donc de plus en plus appel à nous », analyse Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com. Le courtier en ligne, à la tête d’un réseau de 160 agences franchisées, a enregistré depuis janvier une hausse de 8,4 % des demandes formulées (par rapport à 2011).

Boom des renégociations

Même constat pour son concurrent Vousfinancer.com. Sur l’ensemble de son réseau de 86 franchises, celui-ci enregistre une croissance de 20 % de son chiffre d’affaires. « Notre activité s’est complexifiée et durcie mais cela ne signifie pas que la performance n’est pas au rendez-vous. C’est plus difficile pour les petits courtiers indépendants », estime Jérôme Robin, président de Vousfinancer.com. Celui-ci note que la contraction de l’activité est plus forte dans les grandes villes que dans les zones rurales. « Sur de petits marchés locaux, les courtiers peuvent afficher jusqu’à 25 % de croissance pour un chiffre d’affaires de 450.000 euros. Dans les grandes villes, ils enregistrent au contraire une baisse de 15 % », explique-t-il.

La fin d’année est marquée par une reprise de l’activité. « On voit les clients revenir en agence », note Jérôme Robin. Chez Meilleurtaux.com, le nombre de dossiers transmis aux partenaires bancaires est en hausse de près de 20 % , sur un an, au mois de décembre. « Une grande part concerne des renégociations de crédit. Elles constituent, selon les jours, un tiers des demandes », précise Hervé Hatt.

Celui-ci se dit « attentif, mais pas inquiet » pour 2013. Les conditions d’emprunt ne devraient pas, selon lui, connaître de grands bouleversements. « On n’observe aucune tendance à la remontée des taux. De même, les critères d’octroi des banques devraient rester stables, et il n’y a aucune raison pour que le marché connaisse un effondrement des prix. Reste la question de la situation économique globale », estime Hervé Hatt. « On espère que le recentrage du PTZ+ sur les ménages les plus modestes, inscrit au projet de loi de Finances, sera épaulé par nos partenaires bancaires et nous apportera de la croissance », ajoute Jérôme Robin. Artemis Courtage, spécialisé dans la région Ile-de-France, estime quant à lui que le dispositif Duflot devrait entraîner un rebond des transactions dans le neuf l’an prochain.

Aurélie ABADIE, Les Echos, 31/12/2012

Dernières actualités