Les secteurs

Immobilier : le Scellier ne suffit pas à soutenir le marché du logement neuf

31.10.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Les investissements locatifs ont rebondi et cela tire le marché des appartements. Mais le segment des maisons, qui constitue l’autre moitié du marché des logements neufs, ne suit pas. Les primo-accédants, en particulier, peinent à acheter dans le neuf.

Les investissements en logements locatifs rebondissent mais cela ne suffira pas à sauver l’année pour le marché du logement neuf. Depuis août, les promoteurs avaient noté un redressement de leurs ventes en régime Scellier, après l’annonce du rabot de l’avantage fiscal l’an prochain. Le phénomène se confirme en octobre : depuis trois mois, Nexity vend autant en Scellier que l’an dernier, après une nette baisse au premier semestre. Chez Omnium Finance, petit acteur spécialisé en logements défiscalisés, les ventes se sont redressées en octobre, sans retrouver le niveau de l’an dernier mais « le redressement s’accélère », estime son président Patrice Alberola.

Le Scellier ayant représenté l’an dernier 76.000 logements, soit les deux tiers des ventes des promoteurs, ce rebond soutient le segment des logements collectifs neufs. Dans le collectif, les octrois de permis de construire ont grimpé de 32 %, à 65.000 logements lors du trimestre achevé fin septembre par rapport à la même période l’an dernier (contre + 21 % sur douze mois glissants), selon les derniers chiffres du ministère de l’écologie et du logement.


« Incertitude en 2012 »

Mais l’autre moitié du marché du logement neuf, les logements individuels, ne suit pas. Les octrois de permis de construire concernant des maisons neuves reculent de 6 % pour l’individuel pur et ne progressent que de 3 % en individuel groupé. « Les maisons correspondent pour beaucoup à des achats de résidences principales, or ce créneau ne va pas bien, commente Alain Dinin, PDG de Nexity. Cette année, nos ventes aux primo-accédants ont baissé de 25 % ».


Les promoteurs pointent du doigt le barème du prêt à taux zéro + (PTZ +) qui ne favorise pas assez, jugent-ils, l’achat dans le neuf par les ménages modestes gagnant moins de 3.000 euros. Le secrétaire d’Etat au logement avait promis une modification du barème mais cette disposition du projet de loi de finance n’a pas été retenue. Tout comme il n’y aura finalement pas de plafonnement des ressources pour avoir droit à ce prêt. Les primo-accédants ne vont donc pas rentrer dans le jeu.

Au total, les autorisations de logements neufs ont progressé de 12 % sur 12 mois glissants à fin septembre, pour atteindre 464.400. Mais « les autorisations d’aujourd’hui correspondent aux ventes de début 2012. Si les ventes sont mauvaises les autorisations ne se transformeront pas en construction de logements, remarque Alain Dinin. La grande incertitude, c’est 2012 ». Et pour les promoteurs, qui avaient vendu 115.000 logements l’an dernier, le rebond du Scellier ne change pas la donne. « Nous étions sur un rythme de -20.000 logements au premier semestre, nous finirons peut-être à -17.000 ou -15.000 logements », conclut Alain Dinin.

En aval, sur les douze derniers mois, d’octobre 2010 à septembre 2011, 368.800 logements ont été mis en chantier (+18 % ) mais la progression décélère (+10 % au dernier trimestre) et là encore, les maisons font grise mine.


Myriam CHAUVOT, Les Echos, 26/10/2011

Dernières actualités