Les secteurs

Immobilier : la baisse des prix s'amplifie depuis janvier

08.04.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

En trois mois, à fin mars, le prix du mètre carré a baissé de 3,4 % à Paris. Sur le plan national, le volume des ventes s’est stabilisé, selon le réseau de franchisés Century 21.

Les ventes du réseau d’agences immobilières Century 21 au premier trimestre 2013 révèlent une correction du prix des logements anciens dépassant toutes les prévisions : « En trois mois, de fin décembre 2012 à fin mars 2013, le prix moyen au mètre carré a baissé de 3,4 %, à Paris », observe Laurent Vimont, directeur général de Century 21. Le mouvement est brutal. Il porte le prix moyen au mètre carré à 8.106 euros dans Paris intra- muros.

Ailleurs en France, la décrue des prix amorcée l’an dernier, quand Paris résistait encore, se poursuit, lente mais régulière. En trois mois, à fin mars, les prix au mètre carré (appartements et maisons confondus) ont baissé sur la France entière (Paris inclus) de 0,6 % , à 2.562 euros en moyenne, estime Century 21. Une comparaison sur un an montre une baisse similaire au niveau national et à peine plus forte à Paris (- 4 % ).

Les chiffres remontés par Century 21 de son réseau de franchisés montrent qu’un ajustement s’est enclenché, ce que soulignent aussi les notaires qui faisaient, jeudi matin, un point sur le marché à fin décembre 2012. Mais leurs anticipations paraissent déjà dépassées : « A Paris intra-muros, l’indice des prix de vente a culminé en août 2012, remarquent-ils. D’après les avant-contrats, il pourrait reculer de 4,5 % entre août 2012 et mai 2013. » En fait, avec déjà - 3,4 % en trois mois et 8.106 euros le mètre carré fin mars, cela pourrait être nettement plus, même si Century 21 rejette cette hypothèse. « Si les taux d’intérêt demeurent à ce niveau historiquement bas, Paris devrait enregistrer en 2013 une baisse comprise entre - 1 % et - 4 % , estime Laurent Vimont. Sur l’ensemble de l’Hexagone, ce recul des prix ne devrait pas dépasser 2 à 3 % cette année. » Les notaires, pour leur part, estiment que, « en province, la baisse cumulée entre mai, le point le plus haut, et décembre 2012, pourrait dépasser 7 % ».

Le plus révélateur, dans l’immédiat, est de constater que la baisse des prix du premier trimestre 2013 ne s’est pas accompagnée, chez Century 21, d’une chute du nombre des transactions, contrairement à ce qu’a subi le marché en 2012 (- 12 % l’an dernier selon les notaires, à 709.000 ventes). Le volume de vente s’est globalement stabilisé, « à l’échelle nationale, l’activité au premier trimestre 2013 n’est en retrait que de - 0,4 % par rapport au premier trimestre 2012 et les premières indications pour avril sont même un peu supérieures au niveau d’activité d’avril 2012 », précise Laurent Vimont. A Paris, le nombre de ventes à fin mars est même supérieur de 1,1 % à celui du premier trimestre 2012.

Un volume d’activité stable révèle un rebond des achats de résidences principales car, par ailleurs, le segment des résidences secondaires recule de 4 %  et « la baisse des ventes aux investisseurs locatifs, qui avait commencé au second semestre 2012, a continué : elles ont reculé de 11 % (- 10 % à Paris et - 14 % en Ile-de-France) à fin mars, comparé au premier trimestre 2012 », souligne-t-il. Sur la France entière elles ne représentent plus que 17 % des transactions du réseau contre 19 % il y a un an, ce qui signifie une prochaine contraction de l’offre locative privée, les investisseurs fuyant après les annonces gouvernementales d’encadrement des loyers, de réquisition et d’imposition.

En revanche, « chez nos clients, on voit un désir d’acheter pour se mettre à l’abri en cas de chômage », relève Laurent Vimont. Les acheteurs de ce début d’année ont mis à profit la baisse des prix pour acheter plus grand. Le montant moyen d’une transaction dans la capitale atteint un record : 404.673 euros, contre 203.456 euros France entière. Le marché est toutefois plus détendu : les mandats de vente ont afflué, Century 21 en a 75.000 en stock, contre 45.000 il y a un an, et les délais de vente, en forte hausse au second semestre, se sont encore un peu accrus. Tout est en place pour une année 2013 baissière.

Myriam CHAUVOT, Les Echos, 05-06/04/2013

Dernières actualités