Les secteurs

Immobilier : baisse des prix de l'ancien en Ile-de-France

07.08.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Selon les notaires, les prix dans la région capitale ont reculé de 7,9 % en mai par rapport à mai 2008, dont 10,1 % pour les maisons et 6,6 % pour les appartements, sur fond d'effondrement des transactions.

Selon les notaires, les prix dans la région capitale ont reculé de 7,9 % en mai par rapport à mai 2008, dont 10,1 % pour les maisons et 6,6 % pour les appartements, sur fond d'effondrement des transactions.

Alors qu'elle pariait encore en début d'année sur une " légère baisse " des prix dans la région capitale malgré la chute des transactions constatées à la fin 2008, la Chambre des notaires de ­Paris - Ile-de-France avait revu sa copie en avril.

Baisse de 7,9 % 

Constatant alors que les vendeurs d'un bien immobilier avaient enfin tiré les conséquences de l'effondrement de la demande quant à la valeur demandée pour leur bien, les notaires tablaient dès lors pour l'année 2009 sur un scénario de baisse de prix de 10 %, dont 8 % à Paris, 9 % en petite couronne et 12 % en grande couronne. Sur cinq mois, on y est presque.
 

Selon la dernière étude des notaires de Paris - Ile-de-France, publiée lundi, les prix dans l'immobilier ancien ont baissé de 7,9 % dans la région en mai par rapport à mai 2008, ce qui montre une sensible accélération de la chute, puisque le recul était de 6,8 % en avril.

Tous les départements sont touchés, les baisses s'échelonnant de 5,9 % à Paris jusqu'à 10,4 % en Essonne, en passant par 8,6 % en moyenne pour la petite couronne et 8,8 % pour la grande couronne.

Pour les appartements, dont le prix résiste mieux que celui des maisons, le recul est de 6,6 % en moyenne, allant de 6 % à Paris (les notaires ne distinguent pas, dans cette étude, l'évolution selon les arrondissements) à 7,9 % en Essonne. Les prix des maisons reculent de 10,1 % en moyenne, la baisse s'échelonnant de 7,9 % dans les Yvelines à 13,7 % dans les Hauts-de-Seine.


" Légère amélioration "

Pour les notaires, " ces chiffres concernant des ventes dont le montant a été déterminé en début d'année montrent une forte résistance des prix dans un contexte de très grande diminution des transactions ". Ces dernières ont continué en effet de s'effondrer : entre mars et mai 2009, seules 23.000 transactions ont été enregistrées, soit une chute de 32 % par rapport à la même période de 2008, avec une évolution géographique assez uniforme en banlieue (30 % à 35 % selon les départements), sauf dans les Yvelines (38 % ) et à Paris (29 % ).

La Chambre des notaires note cependant une " légère amélioration ", puisque le recul des transactions sur trois mois était de 40 % en avril. Elle voit là " le signe d'une stabilisation ".

 

C.B

Dernières actualités