Les secteurs

ïDGroup fédère autour de son engagement sociétal

12.11.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

A la tête de marques comme Okaïdi ou Jacadi, ÏDGroup multiplie les initiatives en matière de responsabilité sociétale. Une politique qui motive les salariés et change les méthodes de management.

Chez ïDGroup, on ne pratique pas la RSE (responsabilité sociétale des entreprises) mais la Resseme : la responsabilité entrepreneuriale, sociale, sociétale et environnementale à travers des marques pour enfant. « Notre mot d'ordre est d'entreprendre pour que le monde progresse au service de l'enfant qui grandit », explique Jean Duforest, PDG du groupe qu'il a créé avec son associé Jean-Luc Soufflet, et qui emploie 6.000 salariés. Après avoir démarré dans l'habillement (Okaïdi, Obaibi, Jacadi, Véronique Delachaux), le groupe (1.117 magasins à travers 7 marques dans 70 pays) a ajouté à sa palette le meuble (Vibel), puis la culture et le jeu (Oxybul, Eveil et Jeux). Son engagement social se traduit, par exemple, dans le développement d'une chaîne de crèches d'entreprise (12 aujourd'hui), baptisée « Rigolo comme la vie » ou dans des actions caritatives comme ce projet bénéfique au profit de la petite enfance à travers OK World. Sa responsabilité sociétale et environnementale se traduit en actions aussi diverses que des achats responsables, un bilan carbone positif, la lutte contre la corruption, le respect des droits de l'enfant, la localisation des emplois ou encore la charte sur la biodiversité.

Des engagements qui motivent les salariés

Mais, surtout, Jean Duforest, l'un des deux fondateurs, a toujours estimé que « le résultat d'une entreprise se fait par les hommes ». « C'est parce que les salariés du groupe savent où ils vont, quel est leur métier, quel est leur territoire de pouvoir, bref, parce qu'ils se sentent bien dans l'entreprise, qu'ils vont donner le meilleur d'eux-mêmes et ainsi faire avancer l'entreprise. » RSE se conjugue alors très bien avec rentabilité. Comment faire évoluer le management dans ce sens ? Pour Jean Duforest, « on ne mène pas des collaborateurs, mais on les emmène et on les emmène par la posture, le mimétisme gagnant ». La grande réussite de son groupe tient, selon lui, à l'entente affichée entre lui et son associé. Comme dans une famille où les enfants, baignant dans la bonne entente de leurs parents, vont aller de l'avant. « Nous avons su également respecter nos fragilités mutuelles : accepter les fragilités de ses collaborateurs génère la cohésion du groupe », confie Jean Duforest. Pour lui, « des salariés qui se sentent entendus et respectés sont fiers d'appartenir à l'entreprise et se "défoncent" pour elle ». L'objectif de 2013 pour ce patron sera que ses collaborateurs deviennent des « intrapreneurs », que cette RSE qui pour l'instant reste à l'interne devienne visible. « Que les clients sentent la différence rien qu'en entrant dans le magasin. »

Nicole BUYSE, Les Echos Business, 06/11/2012

Dernières actualités