Les secteurs

Idées : un « drive fermier » expérimenté en Gironde

22.10.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

La chambre d’agriculture et une vingtaine de producteurs girondins expérimentent le premier « drive fermier ». D’autres départements devraient suivre.

Les « drive » qui fleurissent dans les zones commerciales peuvent-il aussi doper la vente directe des agriculteurs aux particuliers ? Réponse dans quelques mois avec le « drive fermier » lancé ces jours-ci en Gironde.

A l’origine de cette expérimentation, la réflexion des chambres d’agriculture autour de leur marque Bienvenue à la ferme grâce à laquelle les producteurs vendent directement au consommateur. « Nous cherchions depuis un an à sortir de la ferme pour aller au devant des consommateurs », explique Constance Bigourdan, à l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (Apca). Pour ce faire, l’Apca a investi 100.000 euros dans une plate-forme de commerce électronique destinée à tous ses adhérents.

En Gironde, on a repris l’idée et l’outil informatique pour les mettre en oeuvre sous une forme collective, avec 80.000 euros de soutien de la chambre d’agriculture. « On voit bien que le "drive" a le vent en poupe et répond à un besoin du marché qui n’est pas couvert par les associations pour le maintien d’une agriculture paysanne, les Amap, ni par les Marchés des producteurs de pays. Il faut désormais valider le concept depuis le modèle économique, jusqu’à l’aspect logistique », explique Bernard Lafon, producteur et président de l’association du Relais agriculture et tourisme de la Gironde. Cette dernière encaisse les paiements, reversés aux producteurs après avoir retenu 12 % pour frais de gestion.

Le site Drive-fermier.fr/33 s’est ouvert cette semaine avec une vingtaine de producteurs : légumes, viande de boeuf, agneau, volaille, miel, vin... Le consommateur passe sa commande et paie en ligne. Il peut la récupérer dès le vendredi après-midi suivant dans les locaux d’une coopérative maraîchère d’Eysines dans la banlieue bordelaise. Un nouveau site de retrait doit ouvrir le mois prochain à Lormont, de l’autre côté de l’agglomération. Pour leur part, les producteurs reçoivent, par e-mail, leur commande dès le jeudi matin et effectuent leur livraison dans la matinée du vendredi. Deux d’entre eux restent sur place pour remettre les produits commandés aux clients.

Franck NIEDERCORN, Les Echos, 18/10/2012

Dernières actualités