Les secteurs

Hôtellerie : sous la houlette de son nouveau patron, Accor redynamise son développement

21.07.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe hôtelier, dont le chiffre d'affaires a crû de 4,4 % au premier semestre, va dépasser son objectif en termes d'ouverture de chambres prévue pour 2011. Son nouveau PDG, Denis Hennequin, veut assouplir la déclinaison de ses concepts pour accélérer son expansion.


il faudra attendre le 13 septembre pour connaître officiellement la stratégie du PDG d'Accor, Denis Hennequin, à la tête du groupe hôtelier depuis un peu plus de sept mois. A cette date, l'ex-patron Europe de McDonald's la détaillera dans le cadre d'une « journée investisseurs », annoncée mardi en marge de la publication du chiffre d'affaires d'Accor pour le premier semestre. Programmée pour le 24 août, la publication des résultats pour les six premiers mois de l'année se limitera en conséquence à une simple présentation des comptes, a priori plutôt bons au vu de la marche de l'entreprise.


Accor a enregistré en effet un total de revenus semestriel de 2,97 milliards d'euros, en hausse de 4,4 % par rapport à son niveau constaté un an auparavant (+ 5,8 % à périmètre et taux de change constants), mais aussi en ligne avec la moyenne des prévisions des analystes (2,98 milliards). Le groupe, qui a constaté une nouvelle « accélération » de sa croissance au deuxième trimestre, a continué de profiter des solides performances de son hôtellerie moyen haut de gamme en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, ainsi que dans les pays émergents.


Accor a confirmé son objectif annuel en termes de développement, soit l'ouverture de 30 000 chambres, à comparer à 25 000 en 2010. Selon des sources concordantes, il sera même dépassé.


Mieux, en interne, on a désormais la certitude de pouvoir respecter le plan de marche à moyen terme, à savoir ouvrir au moins 35 000 chambres par an à partir de 2012. Si cette intention n'est pas nouvelle, Accor « se donne les moyens d'y arriver », souligne un cadre dirigeant du groupe.


Des pistes nouvelles

A l'occasion de la traditionnelle réunion annuelle des principaux cadres - une centaine de personnes -, qui s'était tenue récemment à Rabat, Denis Hennequin a d'ailleurs tracé des pistes nouvelles en matière de développement, susceptibles d'être évoquées le 13 septembre. A ses yeux, rapporte une source interne, Accor doit être plus flexible en déclinant ses concepts hôteliers avec une plus grande souplesse, et être « glocal », selon un jargon d'origine américaine. Cette approche nouvelle pour Accor vaut, entre autres, pour la chaîne moyenne gamme standardisée Novotel, tout comme pour l'enseigne de luxe Sofitel en Chine, où cette dernière a aussi du potentiel dans les villes secondaires. De même, alors que Accor peine à planter Mercure dans l'empire du Milieu, son enseigne Grand Mercure y a plus de résonance.


En outre, son portefeuille de marques est plus que jamais sécurisé. « Quand on est "asset light"[en mode de détention d'actifs immobiliers hôteliers allégée, NDLR], il faut des marques », estime en substance Denis Hennequin, rapporte un responsable.


De fait, avec un discours axé sur le développement et les produits, le PDG d'Accor s'est taillé un franc succès à Rabat, selon divers participants. Tout comme le nouveau directeur chargé du marketing et de la distribution, Grégoire Champetier, avec lequel Denis Hennequin a travaillé chez McDo.


De quoi mettre le management d'Accor en ordre de marche.


CHRISTOPHE PALIERSE, Les Echos, le 20.07.2011

Dernières actualités