Les secteurs

Hôtellerie : Louvre Hotels Group accélère son développement en Asie

04.01.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe hôtelier Louvre Hotels Group, contrôlé par Starwood Capital, veut rattraper son retard sur les autres opérateurs en Chine.

Engagé depuis quelques années dans un processus d’accélération de son internationalisation, Louvre Hotels Group (environ 95 000 chambres sous enseigne à la fin 2013 pour plus de 1 100 hôtels) a clairement jeté son dévolu sur l’Asie.

Le groupe hôtelier, constitué à partir de 2009 avec le rapprochement entre le français Louvre Hôtels et le néerlandais Golden Tulip, sous la houlette de leur actionnaire commun, la société de capital-investissement américaine Starwood Capital, devrait ainsi réaliser 50 % de son développement - hors Europe de l’Ouest - dans la région à l’horizon 2015, à comparer à 30 % actuellement, indique dans un entretien aux « Echos » son président, Pierre-Frédéric Roulot.

Pour ce faire, ce dernier mise tout particulièrement sur une expansion express en Chine dont découle notamment un accord récemment conclu avec le groupe chinois Chengdu Mareka Hotel Property Management, un opérateur de la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine). « Nous sommes à la recherche de partenaires. On n’a pas le choix. Nous sommes partis après tout le monde, mais cette stratégie se révèle bien adaptée au marché chinois », explique le président de Louvre Hotels Group.

En cinq ans, une centaine d’établissements

L’accord conclu avec Chengdu Mareka Hotel Property Management vise à ouvrir, en cinq ans, une centaine d’établissements Tulip Inn, une enseigne milieu de gamme (3 étoiles) de l’ex-groupe Golden Tulip. Sa marque haut de gamme Royal Tulip est également concernée, puisqu’un projet est d’emblée annoncé à Chengdu (province du Sichuan). Par ailleurs, deux autres Royal Tulip sont envisagés à Hainan (sud de la Chine) sur un total de cinq programmes à ce stade identifiés localement.

Pour mémoire, Louvre Hotels avait déjà noué, à la fin 2011, un partenariat commercial avec le groupe chinois Jin Jiang dans l’hôtellerie économique, l’idée étant d’associer leur marque respective, Jin Jiang Inn d’un côté, Campanile de l’autre. Selon Pierre-Frédéric Roulot, ce système dit de « co-branding » concernera à terme 100 établissements en Chine, à comparer à une quinzaine initialement.

Au-delà de l’extension du parc de Louvre Hotels, son dirigeant table aussi sur les programmes de fidélité. A travers celui de Chengdu Mareka Hotel Property, plus de 1 000 hôtels et quelque 3,5 millions de membres sont de facto approchés. Concernant ces derniers, cela donne « la possibilité de faire des propositions quand ils viennent en Europe », souligne Pierre-Frédéric Roulot.

Alors que les flux de visiteurs chinois se multiplient à l’international, le Vieux Continent, et tout particulièrement la France, reste, il est vrai, la base de Louvre Hotels. A la fin 2013, la France représente encore 56 % du parc - mesuré en nombre de chambres -, à comparer à 90 % en 2007. Le mouvement est d’autant plus spectaculaire que la taille de l’opérateur a simultanément quasi doublé, souligne Pierre-Frédéric Roulot qui avait pris les commandes de l’ex-Louvre Hôtels à la mi-novembre 2007. Le rapprochement avec Golden Tulip a été, il est vrai, crucial.

L'opérateur envisage de créer un fonds pour percer en Afrique

Louvre Hotels Group réfléchit à une alliance afin de créer un fonds d'investissement finançant le développement de son parc en Afrique. Ce fonds pourrait être constitué avec différents investisseurs, peut-être des chinois, qui s'intéressent de près au continent. Louvre Hotels aurait la gestion des établissements. En 2008, le groupe avait organisé un montage de ce type au Maroc, afin d'y décliner ses enseignes économiques Première Classe et Campanile.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 02/01/2014

Dernières actualités