Les secteurs

Hôtellerie : le patron d'Accor sera désigné cet été

26.06.2013, Information communiquée par l'enseigne

imprimer

Le conseil d'administration du groupe hôtelier Accor a besoin de temps pour choisir son nouveau patron.

Accor va devoir fonctionner avec sa gouvernance transitoire quelque temps encore. Le remplacement de l’ex-PDG du groupe hôtelier, Denis Hennequin, dont le conseil d’administration a mis fin au mandat le 23 avril dernier, devrait en effet se préciser au plus tôt au cours de l’été.

La réunion du conseil, qui se tiendra ce jeudi et qui devrait être la dernière - sauf urgence - avant celle de la fin août relative aux résultats semestriels, portera, en effet, sur le plan stratégique d’Accor.

A ce titre, le rendez-vous est crucial pour son directeur général, Yann Caillère. Il s’agit in fine d’un « grand oral  » pour l’ancien patron des opérations monde qui a été promu le 23 avril dans le cadre de la gouvernance transitoire, la présidence du conseil d’administration ayant été confiée, en parallèle, à Philippe Citerne. Yann Caillère devra en effet être convaincant, pour prétendre à la succession de Denis Hennequin. Un scénario qui implique de désigner un autre président, Philippe Citerne ayant déclaré d’emblée ne vouloir assurer que l’intérim.

Il est fort probable cependant que le processus de succession soit évoqué au cours du conseil de jeudi, même si, au dire de certains, « on en est au tout début  ». Le cabinet de chasseur de têtes Egon Zehnder est à pied d’oeuvre et les deux principaux actionnaires d’Accor, Colony Capital et Eurazeo, sont « parfaitement alignés pour avoir une vraie "chasse de têtes"  », indique-t-on dans leur entourage. « On n’a pas le Georges Plassat (le patron de Carrefour, NDLR) de l’hôtellerie, qui s’imposerait d’emblée. Le processus est ouvert  », souligne-t-on du côté des deux sociétés d’investissement, où l’on dément par ailleurs « tout différend  ».

La rumeur court en effet d’un désaccord entre Sébastien Bazin, le patron Europe de Colony, à qui l’on prête l’envie, non fondée dit-on encore, de prendre la présidence du conseil, et Patrick Sayer, le président du directoire d’Eurazeo, qui milite pour la désignation d’un nouveau PDG. Ce dernier soutiendrait même la candidature du directeur financier de Sanofi, Jérôme Contamine. Un scénario « totalement infondé  », indiquent toutefois des sources concordantes. Jérôme Contamine n’a pas été sollicité et n’est même pas candidat, assure même l’une d’entre elles. Le nom d’Hubert Joly, l’actuel dirigeant de Best Buy et ancien directeur général du groupe Carlson, continue par ailleurs de circuler, mais ce dernier a fort à faire avec le redressement du distributeur américain.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 24/06/2013

Dernières actualités