Hôtellerie : le chinois Jin Jiang s'impose en Europe

19.11.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Le conglomérat chinois Jin Jiang achète Louvre Hotels, le numéro deux de l’hôtellerie économique européen. Futur concurrent d’Accor, qui était candidat, le groupe chinois change la donne sectorielle.

C’est, sans conteste, une nouvelle donne dans l’hôtellerie : le groupe chinois Jin Jiang International Holdings, un poids lourd du tourisme et du voyage en Chine, avec, entre autres, plus de 1.700 hôtels - dans 11 pays, mais pour l’essentiel sur son marché domestique - va mettre la main sur le numéro deux européen de l’hôtellerie économique et l’un des principaux acteurs continentaux du secteur, Louvre Hotels Group. Plus connu sous ses marques Campanile, Première Classe, Kyriad, Tulip Inn, Golden Tulip et Royal Tulip, cet opérateur compte plus de 1 100 établissements - soit plus de 90.000 chambres - sous ses différentes enseignes dans plus de 40 pays.

Son actuel propriétaire, la société de capital-investissement nord-américaine Starwood Capital, et Jin Jiang ont annoncé mercredi 12 novembre dans un communiqué commun avoir signé un accord portant sur « la cession potentielle » de Groupe du Louvre et de sa filiale indirecte à 100 % Louvre Hotels Group. Les deux protagonistes n’ont pas souhaité divulguer le montant de l’opération. Elle était valorisée, selon diverses sources, entre 1,2 et 1,5 milliard d’euros, soit plus de dix fois l’excédent brut d’exploitation de l’entreprise, lors du lancement du processus de cession avec appel à candidatures. Accor, le champion français de l’hôtellerie, avait manifesté son intérêt.

La finalisation du projet de reprise de Louvre Hotels par Jin Jiang pourrait avoir lieu au cours du premier trimestre 2015, ont précisé les parties.

Alors que d’aucuns évoquaient, début octobre, une vente à la fin de cette année, voire au début 2015, l’annonce de mardi constitue une surprise. Selon une source proche du dossier, Jin Jiang aurait négocié en direct avec Starwood Capital, en dehors du processus de cession. Il a aussi, très probablement, « mis le prix ».

Un partenaire connu

De fait, le repreneur chinois ne manque pas d’arguments pour justifier son acquisition. Il a déjà fait affaire avec Louvre Hotels Group en novembre 2011, scellant avec lui un partenariat commercial qui a permis le lancement d’un programme de marque partagée (co-branding) pour une sélection d’hôtels de grandes villes chinoises et françaises, soit une quinzaine d’établissements de part et d’autre. Cette alliance était expliquée par l’essor des flux touristiques sino-français, et plus largement sino-européens.

Désormais, le groupe chinois peut aller plus loin en se dotant d’une plate-forme hôtelière complémentaire. « Jin Jiang gagne d’un coup sept à huit ans de développement, des opportunités en Afrique et au Moyen-Orient et une expertise de franchiseur », souligne un expert de l’hôtellerie. Ce dernier n’exclut pas une situation « plus compliquée » pour Accor d’ici à deux ans dans l’hypothèse ou Jin Jiang allouerait des ressources nouvelles à Louvre Hotels.

L’opération ne manque pas d’être symbolique, car elle porte en partie sur ce qui composait le pôle hôtellerie économique du prestigieux Groupe Taittinger-Société du Louvre d’alors, acquis par Starwood Capital en 2005.

Christophe PALIERSE, Les Echos, le 13/11/2014

Dernières actualités