Les secteurs

Hôtellerie de loisirs : virage stratégique pour Vacances Bleues

14.02.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

L’enseigne d’hôtellerie de loisirs Vacances Bleues lance un plan de développement à horizon 2016.

En dépit d’une conjoncture déprimée dans le secteur du tourisme, Vacances Bleues voit la vie en… rose. Le groupe, actif dans l’hôtellerie de loisirs, le « tour operating », et les séminaires, lance en effet un plan de développement à horizon 2016, qui vise à impulser « une nouvelle dynamique » à l’opérateur historiquement tourné vers les seniors (55 % de la clientèle encore aujourd’hui) qu’il était jusqu’à présent.

« Nous avons un virage à prendre. Notre modèle économique change avec la montée en puissance d’Internet et l’évolution de notre clientèle du fait du développement des clientèles famille et affaires », explique le tout nouveau président du directoire, Nicolas Déchavanne.

« Elargir son spectre »

Ce quadra (il est né en 1973), qui a rejoint Vacances Bleues en septembre dernier en tant que directeur général après un parcours éclectique - il est notamment passé par les groupes Auchan et Elior - , a une feuille de route bien balisée : la société, contrôlée par une association, doit notamment porter son chiffre d’affaires à 110 millions d’euros en 2016, à comparer à 86,7 millions l’an dernier pour 200.000 clients.

Pour ce faire, Vacances Bleues va d’abord renforcer son pôle hôtelier qui génère près de 90 % de son activité, en faisant passer son parc de 23 établissements, dont 6 en propriété, à 30. L’opérateur cible en particulier la Bretagne, la montagne, et Paris, où il compte déjà deux unités. Si l’entreprise a racheté l’été dernier, avec la Caisse des Dépôts, l’hôtel Royal à Nice - une opération de 22 millions avec la rénovation -, elle privilégie les formules moins capitalistiques. En parallèle, elle doit accroître son activité de tour-opérateur, et envisage à ce titre une opération de croissance externe.

Enfin, Nicolas Déchavanne ne cache pas que le groupe a vocation à « élargir son spectre » aux clubs de vacances, aux résidences de tourisme, et aux campings. 2013 sera d’ailleurs mis à profit pour faire le tour de la question.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 12/02/2013

Dernières actualités