Les secteurs

Hôtellerie : après une bonne année 2011, Accor est confiant pour 2012

24.02.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le résultat avant impôt et éléments non récurrents du groupe hôtelier a bondi de 31,4 %. La mise en oeuvre de son plan stratégique se déroule sans anicroche.

Le résultat avant impôt et éléments non récurrents du groupe hôtelier a bondi de 31,4 %. La mise en oeuvre de son plan stratégique se déroule sans anicroche.

Le bleu pour son logo, mais du vert pour ses indicateurs : Accor s’est montré en pleine forme hier à l’occasion de la publication de ses comptes annuels 2011, sa direction manifestant par ailleurs sa « confiance » pour 2012.

Illustrant, à son tour, que l’année écoulée a été un « must » pour son secteur, le groupe hôtelier enregistre ainsi un résultat d’exploitation - son indicateur de référence -, en haut de la « fourchette » de ses prévisions à 530 millions d’euros, en progression de 18,8 % par rapport à celui de 2010, pour un chiffre d’affaires de 6,1 milliards, en hausse de 2,5 % . Le résultat net part du groupe s’élève à 27 millions d’euros, après un profit de 3,6 milliards en 2010, mais ce dernier avait été gonflé par la plus-value - non cash -de 4 milliards inhérente à la mise en Bourse du pôle services devenu la société Edenred. Plus significatif, le résultat avant impôt et éléments non récurrents a bondi de 31,4 %, à 438 millions.

Comme l’a souligné, avec satisfaction, le PDG d’Accor, Denis Hennequin, le groupe a également franchi « plusieurs caps symboliques » dans la mise en oeuvre de son plan stratégique à horizon 2015. Déjà connu, le développement a ainsi été « record » avec l’ouverture de 38.700 chambres. Pour l’essentiel, celui-ci a été réalisé en franchise ou à travers des contrats de management, ce qui est conforme à la transformation d’Accor en opérateur hôtelier allégé en actifs immobiliers et concentré sur la gestion de ses marques, d’où la poursuite, en parallèle, de sa politique active de cession ou d’externalisation des murs des hôtels.


Record de ventes sur Internet

L’entreprise a battu un autre record, cette fois-ci en matière de distribution, avec 2 milliards d’euros de vente sur Internet et 60 % des réservations hôtelières à travers sa plate-forme centralisée TARS.

En outre, sa situation financière s’est encore renforcée avec une dette nette ramenée à 226 millions d’euros à la fin 2011, sachant que la société dispose de 1,8 milliard d’euros de lignes de crédit. Au regard de sa grande forme, et alors que la tendance en termes de réservation reste « bien orientée » - exception faite de l’Europe du Sud -, Denis Hennequin résume son état d’esprit par trois mots : « sérénité, appétit, ambition ».

Sa « feuille de route » pour 2012 comporte notamment la remise à plat autour d’Ibis des marques dans l’hôtellerie économique, le programme devant être effectif pour 70 % du parc concerné - soit quelque 1.600 hôtels -à la fin de l’année. Par ailleurs, sont confirmées l’ouverture de 40.000 chambres et la poursuite de la transformation en réseau en franchise de la chaîne nord-américaine Motel 6. A son propos, le PDG d’Accor reste aussi vendeur.

Toutes ces nouvelles ont « emballé » le marché, ravi aussi par l’annonce d’un projet de dividende de 1,15 euro par action pour 2011. A la clôture à Paris, le titre Accor a crû finalement de 2,46 % hier, à 26,84 euros.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 23/02/2012

Dernières actualités