Les secteurs

Hôtellerie, aérien : le voyage d'affaires renoue avec une croissance fragile en 2011

16.11.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Malgré un environnement incertain, les entreprises renouent avec les déplacements d’affaires afin de conquérir de nouveaux marchés. Avec une demande en hausse mais une offre limitée, les prix de l’aérien comme de l’hôtellerie vont grimper en 2012.

Si le climat économique n’a jamais été aussi incertain, l’enquête effectuée en septembre par American Express auprès de 250 entreprises européennes montre néanmoins un réel retour à la croissance du marché du voyage d’affaires cette année. Plus du tiers des sondés affichent ainsi un budget en augmentation et seulement 21% des entreprises indiquent un budget en recul, contre 40 % en 2010 et 66 % en 2009.

« Après deux années de forte baisse des dépenses, on constate une croissance moyenne des budgets de 1,5 % en France, de 2,9 % en Europe, de 6,5 % aux Etats-Unis et de 15 % en Chine. Les deux tiers des entreprises justifient leurs déplacements par la conquête de nouveaux marchés. C’est un signal optimiste », explique Eric Audoin, vice-président et directeur général d’American Express Voyages d’Affaires en France.

Soucieuses d’optimiser leurs dépenses, les entreprises anticipent leurs réservations, choisissent quelques fournisseurs privilégiés et utilisent les services sur le Net ou le téléphone mobile pour plus de réactivité.


Perspectives 2012 modérées

American Express prévoit pour 2012 des hausses tarifaires pouvant atteindre 7 % dans l’aérien et 5,5 % dans l’hôtellerie sous l’effet cumulé d’une demande soutenue et d’une offre limitée en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis. Ces hausses pourraient être plus importantes encore en Amérique latine ou en Asie.

Une autre étude, menée par l’agence de voyages Egencia, table pour sa part sur des augmentations de 4 % du prix des vols intra-Europe et intra-Amérique du Nord, et de 6 % pour les vols intra-Asie et Pacifique. Pour l’hôtellerie, elle mise sur des hausses de tarifs de 2 % en Europe, 5 % en Amérique du Nord, 7 % sur l’Asie-Pacifique.

Hausses que les entreprises ne se préparent pas à intégrer dans leurs budgets de voyage, lesquels devraient progresser en moyenne de 1,5 % seulement et ce dans un contexte fragile. D’ailleurs, si le quart des sociétés envisagent une hausse de leurs dépenses, plus de la moitié prévoient une stagnation et 19 % une baisse. « Les clients se montrent très attentifs », note Christophe Peymirat, vice-président global marketing d’Egencia. Il n’exclut pas que le marché puisse se retourner comme en 2008, année où une contraction des dépenses de 20 à 25 % avait été effectuée en quelques semaines.


Martine ROBERT, Les Echos, 14/11/2011

Dernières actualités