Les secteurs

Hôtellerie : Accor nourrit de nouvelles ambitions avec sa chaîne Ibis

03.02.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe hôtelier vient d'ouvrir le 900 e établissement de sa chaîne économique. Il accélère le développement de son réseau le plus rentable au coeur de son expansion internationale, avec un objectif d'environ 700 unités supplémentaires d'ici à dix ans.


Trente-sept ans après son lancement avec l'ouverture d'un premier hôtel à Bordeaux, Accor nourrit de nouvelles ambitions avec sa chaîne économique Ibis. A l'occasion de l'inauguration, lundi soir, de son 900e établissement à Tanger, qui témoigne aussi de sa volonté d'expansion au Maroc et plus globalement dans la zone Moyen-Orient-Afrique - avec un objectif de doublement du parc toutes enseignes confondues, à 300 hôtels, d'ici à 2015 -, la direction du groupe français a détaillé un vaste plan d'expansion d'Ibis. Son nouveau PDG, Denis Hennequin, a même affiché une volonté de « confirmer son leadership mondial ».


Concrètement, Accor vise désormais les 1.500 Ibis « à terme », à raison de l'ouverture de 70 établissements en moyenne par an - soit 700 de plus en une décennie -, à comparer à environ 40 jusqu'à présent. Non seulement Accor compte accélérer le développement de la chaîne, mais aussi étendre son réseau international, qui couvre aujourd'hui 148 pays. Ibis a ainsi vocation à se multiplier en Asie, dans la zone Moyen-Orient-Afrique, en Amérique du Sud et sur les territoires européens « neufs » que sont l'Europe de l'Est, la Russie ou l'Ukraine.


La chaîne est notamment annoncée en Bulgarie, en Arabie saoudite, à Bahreïn ou au Pérou, après s'être installée dans dix nouveaux pays au cours de trois dernières années : Russie, Inde, Koweït, Algérie, Oman, Jordanie, Singapour, Colombie, Chili, et Paraguay.


En France, où le réseau réunit 380 établissements, le potentiel n'est pas encore épuisé, puisqu'Ibis pourrait encore être renforcé de 30 à 40 unités supplémentaires. Pour autant, l'heure est clairement à son internationalisation. « Ibis est notre cheval de bataille pour entrer dans un marché », a déclaré le directeur général délégué en charge des opérations Monde d'Accor, Yann Caillère, avant d'évoquer « le tiercé gagnant » réunissant outre Ibis, Etap Hotel, une chaîne économique positionnée un cran en dessous d'Ibis, et Novotel, dans le moyen-haut de gamme. Pour autant, Accor n'a pas renoncé à décliner ses autres enseignes, chacune d'entre elles faisant l'objet d'un programme de développement spécifique. Globalement, le groupe entend porter sa capacité de développement à 30.000-35.000 chambres par an à partir de 2012.


Approche spécifique

Par ailleurs, si Accor veut amplifier son recours à la franchise, les modalités de l'expansion d'Ibis seront diversifiées selon les marchés. Ainsi, 30 à 40 % du développement en Europe s'effectuera dans le cadre de filiales pour les villes principales, alors que l'opérateur privilégie les contrats de management au Moyen-Orient, et les sociétés communes au Maroc et en Algérie. La Chine fait aussi l'objet d'une approche spécifique avec la coexistence de filiales et de la franchise combinée à la désignation des directeurs d'hôtel.


L'expansion d'Ibis ne sera pas sans retombées en termes de profitabilité d'Accor. La chaîne, qualifiée de « Rolls Royce de l'hôtellerie économique » par Yann Caillère, est en effet la plus rentable du groupe avec un résultat d'exploitation dépassant 40 % . Autre bonne nouvelle pour les actionnaires, Etap Hotel, dont le parc est appelé à quasiment doubler avec un objectif de 800 établissements, fait jeu égal à l'unité.


A TANGER
Christophe PALIERSE, Les Echos, 02.02.2011


 

Dernières actualités