Les secteurs

Hôtellerie : Accor mise sur une nouvelle organisation par marques

12.12.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le 1er janvier 2013, le groupe hôtelier Accor se réorganise en Europe autour de ses marques afin de gagner en réactivité.

Un patron par marque, et non plus seulement un responsable par pays : à compter du 1er janvier prochain, Accor tourne une page en matière d’organisation en Europe. Le groupe hôtelier a présenté hier, en détails, son nouveau pilotage par marques, annoncé dès l’été 2011 par son PDG, Denis Hennequin, porté à la tête d’Accor à la fin de 2010.

Cette organisation vise à gagner en réactivité et en visibilité, mais aussi mieux coller aux attentes de la clientèle, le tout à l’heure où la distribution sur Internet prend toujours plus d’importance.

Réorganisation en Europe

« Nous avons deux batailles à mener : la concurrence et la distribution. Le trait d’union sera nos marques », a expliqué hier le directeur général délégué en charge des opérations d’Accor, Yann Caillère. En outre, a-t-il ajouté, elle permettra d’ « avoir une réflexion sur le modèle économique de chacune des marques ».

Accor a pris grand soin de la préparer. L’affaire est d’importance. Elle concerne 15 pays d’Europe de l’Ouest et Centrale, soit la moitié de son parc - 215.000 chambres pour 1.974 établissements -, pour huit marques : Pullman, MGallery, Mercure, Novotel, Suite Novotel, Ibis, Ibis Styles et Ibis Budget. Globalement, cet ensemble génère 70 % environ du résultat d’exploitation.

Eviter toute cannibalisation

Le schéma adopté est de surcroît complexe. Chaque marque ou groupe de marques - pour Novotel et Suite Novotel, Mercure et MGallery, les trois Ibis - est doté d’un directeur des opérations, auquel est rattaché une équipe support pour le marketing, les ressources humaines ou le contrôle de gestion. En outre, ce dernier supervise des responsables de zone pour l’Europe du Nord, l’Europe du Sud, l’Europe Centrale et la France (avec ses 25 hôtels, Pullman n’en a que deux, pour la France et l’Europe du sud). Chacun de ces dits responsables fait par ailleurs office de représentant d’Accor pour un pays donné. La France fait exception à la règle puisque restant coiffée par Christophe Alaux, le nouveau patron Europe de Mercure-MGallery. En clair, l’autonomie des marques ne doit pas nuire à la cohérence du groupe. D’ailleurs, leurs politiques commerciales et tarifaires seront étroitement surveillées par le siège afin d’éviter une éventuelle cannibalisation.

Mais l’initiative d’Accor, qualifiée d’ « innovante » et de « moderne » par Yann Caillère, apparaît d’autant plus audacieuse que l’opérateur mettra aussi en oeuvre, courant 2013, une nouvelle « Direction Générale Patrimoine ». Cette dernière réunira tous les métiers liés à l’immobilier. Elle devra, entre autres, assurer le programme de cessions d’actifs.

Christophe PALIERSE, Les Echos, 07/12/2012

Dernières actualités