Les secteurs

Hôtellerie : Accor mise sur la nouvelle classe moyenne en Russie

02.04.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe hôtelier a inauguré un Mercure sur l’un des sites olympiques de Sotchi, où se dérouleront les prochains JO d’hiver. Le premier, ouvert en plein Moscou l’an dernier, est un succès.

« Sotchi, il faut y croire… » Alexis Delaroff, directeur de la filiale russe d’Accor, se veut résolument optimiste à un an des Jeux d’hiver de Sotchi. Le groupe français vient d’inaugurer le premier de ses quatre hôtels prévus pour la cité olympique sur les bords russes de la mer Noire : un Mercure à Rosa Khutor, la station qui, dans les montagnes du Caucase, accueillera les épreuves de ski alpin.

Au-delà des Jeux Olympiques, le groupe hôtelier compte sur le développement du tourisme. Un défi osé : au pied d’un domaine skiable potentiellement formidable, mais encore limité, la station construite à partir de zéro n’est aujourd’hui qu’un simple alignement d’hôtels de chaîne et d’immeubles de logements. Elle comptera près de 8.000 lits qu’il faudra continuer de remplir bien après le buzz olympique.

Gérer l’après JO

« L’an prochain, le monde entier va entendre parler de Sotchi. Après, les autorités devront continuer d’organiser des événements afin de soutenir tout ce qui a été construit pour les JO », prévient Yann Caillère, directeur général délégué des opérations internationales d’Accor. D’ici à la fin de 2013, le groupe doit ouvrir un deuxième Mercure et un Pullman dans le centre de Sotchi, principale cité balnéaire russe. Et, lorsque le village olympique cédera la place à de nouvelles infrastructures touristiques de montagne, un troisième Mercure sera inauguré. Des hôtels qui, comme la quasi-totalité des établissements développés par le groupe en Russie, sont financés par des investisseurs qui lui en confient la gestion, pour quinze ans dans le cas de celui de Rosa Khutor.

« Les investisseurs russes ont compris que, financièrement, il est beaucoup plus intéressant d’ouvrir des hôtels de gamme intermédiaire, secteur en pleine croissance », souligne Yann Caillère. D’où la priorité donnée à l’enseigne Mercure, conçue principalement pour les séjours loisir. Outre Sotchi où, après les JO, les hôtels espèrent accueillir les Russes habitués jusque-là à skier dans les Alpes, Mercure ouvre dans d’autres villes régionales, comme à Rybinsk déjà, avant un autre prévu à Lipetsk.

Une douzaine devraient voir le jour d’ici à 2016. Le premier a été inauguré l’an passé en plein centre de Moscou, près de l’Arbat, rue très touristique. « Ce premier succès a créé un vrai cercle vertueux pour Mercure en Russie. L’investisseur derrière ce premier hôtel est prêt à en financer trois autres ! », assure Alexis Delaroff. Il table sur des rentabilités en dix-douze ans, sans doute davantage à Rosa Khutor, station de ski partant de rien en termes de notoriété et d’infrastructures.

Benjamin Quénelle, Les Echos, 29/03/2013

Dernières actualités