Les secteurs

Hermès se montre très prudent quant à la reprise du luxe en 2010

27.03.2010, Information communiquée par l'enseigne

imprimer

Le groupe familial vise une croissance de l'ordre de 5 % à taux de change constant en 2010. Il poursuit à son rythme une stratégie de valeur plus que de volume. Avec l'ouverture de 12 magasins cette année, dont le premier Rive gauche.


Hermès va bientôt s'ancrer rive gauche. Un petit événement alors que, depuis 1880, le malletier rayonnait sur l'autre rive, au 24, faubourg Saint-Honoré, son magasin historique, et le seul à Paris. Cet automne, après plus d'un an de travaux, le groupe de luxe va ouvrir un point de vente de 1 320 m2 au 17, rue de Sèvres, aménagé au-dessus d'une piscine fermée depuis près de quarante ans. Un lieu classé hors du commun.


Sacs, carrés de soie, chaussures… : l'ensemble des métiers de la maison y sera présenté. Mais c'est l'univers de la maison qui sera mis en avant. En septembre, Hermès a déjà ouvert un petit magasin provisoire rue de Grenelle pour poser ses premiers jalons de ce côté de la Seine. Au total, la société familiale a programmé l'ouverture de 12 magasins cette année, dont dix en Asie.


« Nous allons continuer d'ouvrir des points de vente, mais pas trop, et préserver notre image de produits exceptionnels, insiste Patrick Thomas, le gérant d'Hermès International. Nous conservons une stratégie de valeur, plus que le volume. » Elle est payante. Hermès a affiché les meilleurs résultats du secteur du luxe l'an dernier.


Création de 163 emplois

« C'est inespéré au vu de la crise, reprend le patron. Il y a eu un trou d'air, mais moins brutal que prévu. » Le chiffre d'affaires du groupe a ainsi progressé de 4 % à taux de change constant (+ 8,5 % en publié), à 1,9 milliard d'euros. Dans ses magasins, qui représentent 80 % de l'activité, les ventes ont bondi de 12 %. Elles sont en recul de 17 % chez ses distributeurs. Le résultat opérationnel, lui, est en hausse de 3,9 %, tandis que le résultat net est en légère baisse de 0,5 %, à 288,8 millions d'euros.


Explication :« Nous avons une importante trésorerie de 508 millions d'euros, dont le rendement a été moindre », reprend le patron. Alors que ses concurrents sont à la diète, la société familiale a même créé 163 emplois dans ses magasins et ses ateliers, ce qui porte son effectif à 8 057 salariés dans le monde. Ces résultats, un peu inférieurs aux attentes du marché, ont provoqué le recul du titre hier de 1,8 %.


Pour 2010, la maison reste sur ses gardes. « Il n'y a pas encore de reprise du secteur du luxe, seulement des vibrations qui peuvent s'arrêter du jour au lendemain, avec les risques de crédit dans certains pays par exemple, juge Patrick Thomas. C'est un secteur fragile car il est lié à la psychologie. »

Après un premier trimestre dont la tendance reste positive dans ses boutiques, Hermès vise une croissance de l'ordre de 5 % de ses ventes à taux constants cette année. Et une « légère amélioration de sa rentabilité ».


De quoi envisager des acquisitions ? « Surtout pas ! répond le gérant. Hermès ne va pas s'aventurer vers la croissance externe, alors que nous avons un fantastique potentiel dans nos métiers. »


Dominique Chapuis, Les Echos, 26.03.2010

Dernières actualités