Les secteurs

Go Sport et Sport 2000 créent une centrale d'achats commune

31.10.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Les deux groupes, numéro trois et quatre de la distribution spécialisée d'articles de sport en France, s'allient pour offrir aux grandes marques internationales une « alternative » à Décathlon.
C'est une véritable machine de guerre anti-Décathlon. L'objectif d'International Sports Retail Development (ISRD) - la société commune dont les groupes Go Sport et Sport 2000 ont annoncé la création, hier après Bourse - est, en effet, on ne peut plus clair. « Il s'agit, expliquent aux “Echos” François Neukirch et Jean-Paul Onillon, leurs directeurs généraux, de bâtir une alternative puissante et crédible pour les marques », face au tout-puissant numéro un français (avec 50 % de parts de marché dans les grandes surfaces spécialisées), dont plus de 70 % du chiffre d'affaires sont réalisés par ses propres marques.
Basé à Genève, ISRD, doté d'un capital de 20.000 francs suisses (13.000 euros) détenu à parts égales par les deux partenaires, bénéficie d'un premier apport de 30.000 euros en compte courant, qui pourra aller jusqu'à 300.000 euros au maximum. Son équipe, composée d'une dizaine de salariés, dont deux directeurs des négociations nommés respectivement par Go Sport et Sport 2000, va gérer et développer les relations entre le numéro trois et quatre de la distribution spécialisée d'articles de sport en France et une soixantaine de fournisseurs internationaux représentant plus de 70 % de leurs achats respectifs.


« Des prix plus attractifs »

Tout en conservant l'indépendance commerciale et la dynamique de leurs réseaux (quelque 1.200 points de vente dans 10 pays), les deux distributeurs négocieront les conditions d'achat et budgets de coopération commerciale avec les marques auxquelles ils proposeront par ailleurs des données de marché. Ils vont, pour ce faire, engager des discussions avec un panéliste. Selon les calculs du site d'informations sport-guide.com, cette alliance pourrait peser près de 500 millions d'euros de volume d'achats, soit à un niveau proche de ceux d'Intersport France et de Décathlon France en marques internationales. « Nous pourrons tester des lancements de nouveaux produits, proposer des exclusivités et avoir des prix plus attractifs », affirment les deux dirigeants, qui veulent faire de leurs réseaux « le média le plus efficace pour les marques ». Signé pour une durée minimale de trois ans, et renouvelable par tacite reconduction, ce partenariat entre la fragile filiale de Rallye - holding contrôlé par Jean-Charles Naouri -, Groupe Go Sport toujours en perte (-4,3 millions au premier semestre 2009 pour un chiffre d'affaires de 338 millions, en retrait de 2,8 % ), et un distributeur porté par des gains de part de marché, Sport 2000, ne prévoit pas de déboucher sur des accords capitalistes.

A. BO., Les Echos le 30/10/09
 

Dernières actualités