Les secteurs

Garages et concessions auto perdent des milliers d'emplois

19.04.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

7.300 emplois détruits depuis début 2012

La chute du marché automobile entraîne avec elle son lot de victimes collatérales... Alors que les ventes de voitures neuves ont plongé de 14,7 % au premier trimestre, les métiers de la vente (concessionnaires) et de l’après-vente (réparateurs) resserrent leurs coûts. Selon le baromètre du Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) publié aujourd’hui, la profession a perdu 1.900 emplois (solde entre embauches et suppression) sur le premier trimestre. Soit bien davantage que les 500 emplois initialement prévus par le CNPA. Sur les quinze derniers mois, ce sont ainsi 7.300 emplois qui ont été perdus sur des effectifs globaux de moins de 300.000 employés. « Tous les métiers sont touchés, qu’il s’agisse de la vente, de la réparation, du marché de l’occasion qui donne actuellement des signes de faiblesse... » juge Patrick Bailly, président du CNPA. L’organisme s’attend ainsi à ce que 1.500 emplois supplémentaires soient détruits lors du trimestre prochain.

Alors même que nombre d’acteurs des services automobiles sont des petites structures familiales, les coupes d’effectifs n’interviennent traditionnellement qu’en dernier recours. Aujourd’hui, les réseaux n’ont pas le choix, tant leurs marges sont secouées depuis 2009. Au premier trimestre, le chiffre d’affaires des professionnels a baissé de 5 %. De quoi affecter largement les comptes déjà tendus des réseaux, où la moyenne des marges tourne autour de 1 % à peine. Dans la distribution, le début d’année a été très rude pour certains réseaux, notamment axés sur les marques les plus exposées à la conjoncture (Fiat, Renault, PSA, Opel...). « 60 % des concessionnaires Citroën sont dans le rouge au premier trimestre », indique Gérard Grau, président du groupement des concessionnaires Citroën. « Pour s’en sortir, mieux vaut avoir des marques diversifiées et une structure de coûts optimisée », indique Jean-Louis Mosca, président de By My car, qui réalise environ 700 millions de chiffre d’affaires. Le groupe a réduit de 10 % sa masse salariale en 2012 via des actions de rationalisation - mutualisation de l’informatique, suppression de certains échelons régionaux. Le groupe a aussi diversifié son portefeuille de marques en dehors de Peugeot son plus gros client, pour aller vers Volkswagen Ford ou Dacia.

Au global, ces fragilités favorisent le mouvement de concentration, visible depuis plusieurs années dans la distribution, et qui a fait émerger des mastodontes comme PGA, Bernard, ou Guedet, concentrant plusieurs milliers d’emplois et brassant plusieurs centaines de millions d’euros par an.

Maxime AMIOT, Les Echos, 17/04/2013

Dernières actualités