Les secteurs

Galeries Lafayette négocie avec Altarea pour la vente de Cap 3000

02.05.2010, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe de grands magasins a demandé la suspension de la cotation de sa filiale Alteda, dont le principal actif est le centre Cap 3000, à Saint-Laurent-du-Var. Il négocie sa vente à un consortium autour de la foncière Altarea.


Sauf coup de théâtre de dernière minute, ce devrait être finalement le groupe Altarea, associé au fonds de pension néerlandais APG et à Predica, la filiale assurance de personnes de Crédit Agricole Assurances, qui pourrait racheter le centre commercial Cap 3000 à Saint-Laurent-du-Var, considéré comme l'un des plus beaux actifs du genre en France.

La foncière française a annoncé en effet, hier, conjointement avec le groupe Galeries Lafayette, l'ouverture mardi 27 avril de négociations exclusives en vue de finaliser un accord portant sur la cession, par le groupe de grands magasins, du contrôle de la société Aldeta.  « Une période d'exclusivité contractuelle de huit jours a été fixée pour permettre aux parties d'élaborer un accord définitif », précise leur communiqué, ajoutant, prudent, qu'  « à ce stade, il ne peut être préjugé du résultat des discussions ».

De fait, ce centre commercial, remarquablement situé en bord de mer, à l'embouchure du Var et quasiment dans l'axe des pistes du deuxième aéroport international français, Nice Cote d'Azur, a fait l'objet de convoitises de la quasi-totalité des grandes foncières européennes spécialisées dans l'immobilier de commerce, la plupart associées à des grands investisseurs institutionnels, assureurs principalement.


Nombreux candidats

A une question sur le sujet dans une interview aux  « Echos » (du 12 avril), le président du directoire du groupe Galeries Lafayette, Philippe Houzé, avait d'ailleurs répondu :  « Ce que je sais c'est que les candidats sont nombreux », ajoutant :  « Je les ai rencontrés pour comprendre leur philosophie et leur vision de l'opération, qui sera pour moi un des éléments de décision ». Il faudra donc attendre encore quelques jours pour savoir si le discours des dirigeants d'Altarea l'aura emporté. Et si le prix proposé aura été estimé suffisant par le vendeur…

 « Nous vendons Cap 3000, car notre métier n'est pas de gérer et de posséder des centres commerciaux », avait expliqué Philippe Houzé dans cet interview.  « Pour nous permettre de figurer parmi les leaders de la mode, il nous faut pouvoir financer des investissements très importants dans notre parc de magasins historiques », avait-il ajouté. Selon des estimations de professionnels du secteur, Galeries Lafayette pourrait en espérer environ 500 millions d'euros.

L'année dernière, la société Aldeta a réalisé un chiffre d'affaires hors taxes de 27,37 millions d'euros, correspondant aux loyers et charges des commerçants locataires de Cap 3000, dont un grand magasin Galeries Lafayette, et a accusé une perte de 0,93 million d'euros. Toutefois, la valeur d'Alteda tient surtout aux murs du centre commercial d'une surface de ventes de 65 000 m 2, le groupe Galeries Lafayette devant pour sa part conserver le fonds de commerce du grand magasin qui fait lui au total 38 000 m2.

Cap 3000 a été le premier du genre en France à ouvrir ses portes en 1969, peu avant Parly 2, en région parisienne. Il attire quelque 8 millions de visiteurs par an. Sa vente est très attendue par les professionnels, même si la valorisation d'un bien exceptionnel ne saurait donner le ton du marché. Les centres commerciaux ont compté pour plus du quart dans le total investi en France dans l'immobilier commercial en 2009, en hausse de près de 60 % par rapport à l'année précédente.


A.BO., Les Echos, 29.04.2010

Dernières actualités