Les secteurs

Franchise restauration : Cook & Go met de l'oseille dans ses fonds propres

26.11.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

La jeune enseigne, qui a déjà ouvert sept ateliers de cuisine dans cinq villes, veut continuer à mailler la France. Elle vient de ramasser 0,8 million d’argent frais supplémentaire.

Tout le monde à ses fourneaux. Les fêtes approchent. La jeune enseigne lyonnaise Cook & Go se met sur le devant de la scène en annonçant sa troisième levée de fonds de 0,8 million d’euros. « Comme pour les deux précédentes, nous avons profité de "love money" familiale et de cash apporté par des adhérents de Paris business angels », savoure Jean-Christophe Menz, fondateur de la société.

« Le premier tour de table a été le plus difficile. Pour les deux suivants, j’aurais facilement obtenu davantage ». En tout, il dit avoir collecté 1,95 million d’euros de liquidités. Il pense déjà à une quatrième augmentation de capital mais « pas avant 2013 ». En attendant, il va continuer à déployer son concept. Il se veut différent par exemple du très emblématique Atelier des chefs: « nous proposons un service pratique. Celui de venir préparer dans nos ateliers et avec nos chefs un repas pour une occasion donnée et de le rapporter chez soi. Nous fournissons les ingrédients et un choix de repas. Chacun mitonne le sien », raconte le dirigeant. « Notre coeur de cible est la jeune femme de 25 à 35 ans et le prix moyen pour quatre personnes s’établit autour de 50 euros ».


Vers une trentaine de boutiques d’ici à trois ans

Pour lancer son entreprise, Jean-Christophe Menz, 31 ans, diplômé de l’Essec s’est associé à Guillaume Schwendenmann, un professionnel formé à l’Institut Paul Bocuse d’Ecully, dans le Rhône. Ensemble ils ont conservé la majorité des actions (un peu plus de 50% ) de Cook & Go, créée en 2006. « Je travaillais chez Danone. Cette idée m’est venue un jour, comme cela. Et je me suis dit que cet univers me plaisait », raconte Jean-Christophe Menz. Quatre ans plus tard, le réseau compte sept points de ventes en propre, trois à Paris, et les autres à Lyon, Marseille, Grenoble et Lille. Le prochain ouvrira le 4 avril 2012 dans le futur centre commercial et des loisirs d’Unibail-Rodamco, au quartier Confluence de Lyon.


Le jeune président vise une trentaine de boutiques d’ici à trois ans en recourant à des franchisés pour les deux-tiers des nouveaux magasins. A ce jour, « nous avons signé trois contrats de partenariat à Toulouse, Versailles et dans le département des Hauts-de-Seine », se réjouit-il. La SAS, qui compte aujourd’hui 24 salariés, devrait enregistrer 1,6 million de revenus en 2011 (0,9 million en 2010), mais elle restera déficitaire compte tenu des investissements.


Marie-Annick DEPAGNEUX, Les Echos, 21/11/2011

Dernières actualités