Les secteurs

Franchise restauration : baisse des prix moyenne de 3,5 à 4 % 

10.08.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

L'application, à compter du 1 juillet, du taux de TVA de 5,5 % au service de restauration à table s'est traduite par une baisse moyenne globale des prix de 3,5 % à 4 %, selon l'enquête réalisée par la DGCCRF entre le 6 et le 9 juillet (3.755 restaurants ciblés, soit 23.517 contrôles de prix), et divulguée hier à l'issue de l'installation du comité de suivi du « contrat d'avenir »conclu entre le patronat et l'Etat. L'enquête, dont il avait simplement été rapporté jusqu'à présent qu'un restaurateur sur deux avait « joué le jeu », témoigne de l'extrême disparité de la mobilisation, y compris selon les régions.

Ainsi, Champagne-Ardennes, Franche-Comté, Centre, Basse-Normandie et Picardie font partie des bons élèves en matière de respect du « contrat d'avenir » - répercussion intégrale de la baisse de la TVA sur au-moins 7 des 10 produits déterminés -, alors que l'Ile-de-France et Rhône-Alpes sont à la traîne. De même, la baisse moyenne des prix avoisine 6 % dans les établissements à formule « grill », les plus actifs, alors qu'elle est inférieure à 2% pour les moins mobilisés, les restaurants « exotiques ».Concernant les premiers, le secrétaire d'Etat en charge du Tourisme et du Commerce, Hervé Novelli, souligne qu'ils correspondent à la restauration de chaîne, la plus volontariste, son taux de respect du « contrat d'avenir » dépassant les 90 %. Pour autant, il ne veut pas jeter la pierre aux indépendants.


Distribution de bons points

« Convaincu » que leur mobilisation va croître « progressivement », Hervé Novelli mise sur l'information et non pas sur « la coercition ». « On ne va pas mettre un contrôleur derrière chaque restaurant », déclare-t-il. De même, alors que l'affichette annonçant la baisse des prix fait office d'épouvantail, il se veut rassurant en indiquant qu'elle est « l'assurance de l'indulgence de la DGCCRF ». Enfin, le gouvernement fait le pari de la distribution des bons points : Christine Lagarde, la ministre de l'Economie, et Hervé Novelli doivent adresser, « dans les jours qui viennent », une lettre aux guides de restaurants afin de leur demander de préciser les établissements qui appliquent le « contrat d'avenir ».

Ce contrat, a rappelé Hervé Novelli, concerne l'amélioration du cadre social des salariés. Interrogé par « Les Echos », le négociateur CFDT, Doudou Konaté, précise que son organisation et la CGC signeront vendredi matin le projet d'accord sur les salaires.

 C. P

Dernières actualités