Les secteurs

Formation professionnelle : pour Cegos, 2010 a effacé la crise

24.01.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

L'organisme de formation a réalisé 180 millions d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier, contre 173 en 2009. L'Hexagone se porte mieux que l'international. Le leader européen a néanmoins des visées à l'étranger, via des partenariats de distribution de ses programmes.


La formation est un métier très sensible aux crises. Après deux années difficiles, Cegos, un leader français du secteur, en traduit encore les stigmates, même si le président du groupe Cegos, Jacques Coquerel, se montre satisfait des résultats de 2010. « Nous avons réalisé 180 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 173 en 2009. La France, qui représente 135 millions, a crû de 7 %. En revanche, l'international marque le pas avec une baisse de 5 % », commente-t-il dans un entretien aux « Echos ». Le bilan est ainsi très contrasté, avec notamment une activité en retrait de 15 % en Espagne, tandis qu'elle a progressé de 55 % en Chine. « En France, les entreprises doivent consacrer au moins 1 % de leur masse salariale à la formation, alors que cette disposition n'existe pas dans des pays comme l'Espagne ou l'Italie. En outre, la maturité à l'égard de la formation varie : chez nous, elle est perçue comme un investissement, ailleurs parfois comme un coût », souligne Jacques Coquerel.


Créé il y a de cela près de cent ans par un groupe de chefs d'entreprises français et axé à l'origine sur le conseil, Cegos s'est rapidement positionné sur la formation et s'est internationalisé voilà maintenant trente-cinq ans : d'abord en Europe du Sud, puis en Angleterre et en Allemagne, enfin vers les pays émergents et l'Europe de l'Est. Au point de se poser aujourd'hui en leader européen du secteur et numéro trois mondial derrière deux américains, AchieveGlobal et DII. « Les trois leviers du développement à l'international sont la création de filiales, l'accompagnement de nos clients à l'étranger et le e-learning, qui ne connaît pas de frontières », note Jacques Coquerel. En 2011, l'expansion devrait se poursuivre notamment en Amérique du Sud, au Maghreb et en Afrique du Sud.


Marché des collectivités locales

Le patron de Cegos songe désormais à mettre en place une stratégie de partenaires et de distributeurs, s'appuyant sur « des sortes de franchisés » qui seront formés aux méthodes de travail de la maison. Le spécialiste de la formation intra ou interentreprises compte également s'attaquer davantage au marché des collectivités locales.


Outre ses 1.300 salariés, dont la moitié basée en France, Cegos fait appel à autant de vacataires. Tous ces salariés sont impliqués dans la réussite de l'entreprise, puisque, après un premier LMBO en 2006, un deuxième a eu lieu en 2010. Même si le capital a été ouvert à hauteur de 15 % au fonds AXA Private Equity, « pour ne pas rester en circuit fermé », précise Jacques Coquerel, l'actionnariat salarié fait que « la Cegos se construit sur le moyen terme, pas sous la pression d'un résultat immédiat », observe le président du groupe. Pour 2011, alors qu'en France les entreprises réservent de plus en plus tard et négocient les tarifs, Cegos vise prudemment une croissance globale de 5 %, tirée cette fois par l'international.


MARTINE ROBERT, Les Echos, 24.01.2011

Chiffres clefs de Cegos
Présence dans 28 pays.
180 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2010, dont 135 millions en France.
1.300 consultants salariés.
20.000 entreprises clientes.
12.000 missions sur mesure et 200.000 personnes formées chaque année.
50 formations diplômantes.

 

Dernières actualités