Les secteurs

Epicerie fine : Comtesse du Barry et Delpeyrat jouent la carte du luxe

11.09.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Delpeyrat, premier producteur de foie gras, voit une partie de son avenir dans le luxe. Depuis quelques mois, le groupe contrôlé par la coopérative Maïsadour multiplie les initiatives pour renforcer son image dans ce sens. Après avoir signé un accord avec Guy Martin, le chef étoilé du Grand Véfour, créé un pôle gastronomie du Sud-Ouest et lancé la traçabilité totale pour le foie gras 100 % sud-ouest, il a racheté les 70 boutiques Comtesse du Barry, qui vendent foie gras, caviar, truffes, saumon fumé et autres gourmandises d'épicerie fine.

Thierry Blandinières, le directeur général de Delpeyrat, a les yeux rivés sur les succès remportés par les groupes de luxe français en Asie. Une de ses idées est de transposer une partie de cette stratégie à son entreprise et de faire en sorte que les touristes chinois et japonais repartent dans leur pays avec un coffret Comtesse du Barry.  « Comme ils repartent avec un sac à main Gucci ou une boîte de macarons Ladurée », dit-il.

Pour capter leur clientèle, il souhaite ouvrir une nouvelle boutique Comtesse du Barry à Paris, qui allierait vente de produits et un comptoir de restauration gastronomique, et serait la boutique de référence du groupe. Reste à trouver le lieu pour cet établissement et à en assurer la notoriété.


Une filiale « Périgord »

Surtout, Thierry Blandinières se donne trois ans pour doubler le réseau actuel de boutiques Comtesse du Barry, de 70 à 140 en France, afin d'assurer « un maillage du territoire national », et pour en ouvrir une vingtaine à l'étranger. Notamment au Japon, où il fournit déjà 25 % des importations de foie gras, et en Chine, où il loue un site industriel pour préparer les foies gras et la viande de canard à destination de la distribution et des restaurants.

Le nouvel actionnaire souhaite aussi accroître de 20 % le chiffre d'affaires unitaire des boutiques Comtesse du Barry « pour rendre le réseau de franchise plus attractif ». Thierry Blandinières compte notamment sur la vente de foie mi-cuit pour y parvenir.

Dans le même esprit de haut de gamme, Delpeyrat s'apprête à créer une filiale spécifique « Périgord » à Sarlat (Dordogne). Le groupe a investi 8 millions d'euros dans une nouvelle usine à Payrignac pour y produire le foie gras, les confits de canard et toutes les autres spécialités issues du palmipède sous le label Périgord. « Cette région a besoin d'une marque haut de gamme. Delpeyrat, né à Sarlat, est tout à fait légitime pour la développer », commente Thierry Blandinières. L'usine a commencé à tourner en juin et devrait produire 100 tonnes de foie gras dès cette année, vendu en grande distribution 15 % plus cher que le foie gras Delpeyrat.


Marie-Josée COUGARD, Les Echos, 07/09/2011

Dernières actualités