Les secteurs

Entreprise : organiser maintenant sa fonction ressources humaines

22.04.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Les petites et moyennes entreprises peinent à recruter malgré leurs atouts

Externaliser la fonction de directeur des ressources humaines est une solution adaptée aux PME. Mais la formule a cependant ses limites. Déjà sur tous les fronts, le patron de PME assume souvent, aussi, le rôle de DRH. « Le candidat représente à la fois un savoir-faire et un savoir-être. Si le premier est facilement identifiable sur le CV, le second est plus subtil mais primordial, souligne Olivier Prêtre, gérant du cabinet Scope Recrutement. C’est pour cela que, fréquemment, le dirigeant, qui a défini l’état d’esprit des personnes dont il souhaite s’entourer, évalue lui-même les candidats. » Cette solution est adoptée dans nombre de petites organisations. Faute de moyens pour embaucher des personnes dédiées aux recrutements ou à la gestion des ressources humaines, c’est le dirigeant qui s’y colle. « Je ne suis pas convaincu que ce soit la méthode appropriée, je suis un fervent partisan de l’externalisation, certifie Jean-Yves Banchereau, ancien DRH devenu consultant indépendant auprès de PME. La partie management et les relations sociales doivent impérativement être gérées en interne. A l’inverse, les domaines comme l’administratif, le recrutement et la paie ont tout intérêt à être externalisés. Un exemple typique : si la législation change, le dirigeant n’est pas contraint de s’immerger dans ses logiciels de comptabilité. C’est le prestataire de services - qui va réaliser la même opération auprès de ses 200 clients -qui s’en charge ! » D’où un gain de temps et de coûts.


Confier les premières étapes

Autres tâches qu’il est également fort aisé de confier à un cabinet spécialisé : les premières étapes du recrutement. « Il n’est pas indispensable d’avoir recours à un cabinet pour tout le processus de recrutement, remarque Matthieu Laudereau, directeur associé de ConvictionsRH, cabinet de conseil en ressources humaines et en systèmes d’information RH. Pour le recrutement en tant que tel, c’est en interne que cela doit se faire. Aussi, les managers doivent-ils être formés à la conduite d’entretiens, à la détection des points forts et des faiblesses des candidats. » En revanche, il est excessivement chronophage de parcourir les réseaux sociaux professionnels, de consulter les publications d’offres et demandes d’emploi, d’éplucher les CVthèques, de lire les courriers de candidature, d’appeler les candidats... « Tout ce travail de sourcing, de présélection, de préqualification peut être externalisé sans que cela coûte trop cher, aux alentours de 3.000 à 4.000 euros pour deux recrutements annuels », considère Matthieu Laudereau.


DRH à temps partagé

L’externalisation semble cependant avoir ses limites. « C’était une solution qui nous convenait jusqu’alors. Mais nous avons recruté 26 personnes pour la seule année 2011, ce qui a très nettement fait augmenter le montant global de la prestation », indique Matthieu Ponson de Sogelink, PME qui compte 60 salariés. « A mes yeux, une fois que les effectifs dépassent de 50 à 60 personnes, la fonction de DRH a besoin d’une personne, mais pas nécessairement à plein-temps, estime le consultant Jean-Yves Banchereau. Je crois au DRH à temps partagé car celui-ci, en contact avec les autres entreprises et au courant de ce qui se fait sur le marché, apporte une expérience et une compétence complètes. » Chez Eurotoll (filiale du groupe Sanef), société faisant l’intermédiation entre gestionnaires d’infrastructures autoroutières et compagnies de transports, la fonction de responsable RH a été créée dès le lancement de l’entreprise, en 2005. « C’est une solution opérationnelle, performante, économique et adaptée à nos besoins récurrents ou ponctuels, explique Philippe Duthoit, directeur de cette PME de 55 salariés. Surtout, cela nous permet de nous concentrer sur notre coeur de métier. »


Julie LE BOLZER, Les Echos, le 19/04/2012

Dernières actualités