Les secteurs

Entreprise : malgré la crise, les salaires à l'embauche proposés aux cadres ne s'effondrent pas

29.10.2009, source : Les Echos.fr

imprimer

Après avoir été stable en 2008 par rapport à 2007, le salaire des offres d'emploi pour les cadres semble devoir légèrement augmenter cette année. Mais une majorité de cadres ne croient pas que leur rémunération évoluera de manière satisfaisante dans les années à venir.
En dépit de la crise, les cadres semblent avoir limité la casse en matière salariale entre 2008 et la rentrée. C'est du moins le sentiment qui ressort de la dernière enquête sur les salaires publiée aujourd'hui par l'Agence pour l'emploi des cadres (Apec). Non seulement en 2008 « plus de la moitié des cadres en poste ont bénéficié d'une augmentation » - principalement de nature individuelle -, mais, sur les huit premiers mois de 2009, l'Apec constate, en s'appuyant sur les offres d'emploi qui ont été publiées par son intermédiaire, une légère augmentation du salaire médian d'embauche proposé (à 37.500 euros). Les
progressions restent mesurées : pour les cadres confirmés, le salaire médian proposé à l'embauche s'établit à 40.000 euros cette année contre 39.000 en 2008, après 37.500 en 2007.
Echappant à une mise au régime sec, les cadres ne se plaignent donc pas trop puisque « près de 6 sur 10 sont satisfaits de leur rémunération ». Ils la jugent même « correcte » par rapport aux autres salaires pratiqués dans l'entreprise ou dans la concurrence, note l'Apec. Et ce même si, parallèlement, « ils ont le sentiment qu'elle ne reflète pas totalement leur niveau de responsabilité ou leur implication au travail ».


« Peu confiants »

Cette relative satisfaction n'empêche cependant pas une certaine inquiétude. Même si 56 % d'entre eux ont ou vont demander une augmentation au cours de l'année 2009, les cadres « interrogés en plein coeur de la crise économique sont majoritairement peu confiants dans leurs perspectives de rémunération à l'horizon de trois-cinq ans », soulignent les experts de l'Apec. Seulement 32 % d'entre eux jugent en effet « intéressantes »leurs perspectives salariales et plus de 50 % les estiment peu ou pas du tout intéressantes.
Tous les cadres ne sont bien évidemment pas logés à la même enseigne : les cadres confirmés travaillant dans la production sont les mieux lotis avec un salaire moyen, dans les offres d'emploi proposées cette année, de 42.000 euros contre 40.000 en 2008. Les fonctions d'encadrement liées à la R&D sont également favorisées, tant pour les cadres ayant de l'expérience (avec un salaire de 40.000 euros en 2009 contre 39.000 un an plus tôt) que pour ceux tout juste diplômés, pour lesquels la R&D s'avère « l'une des fonctions les plus rémunératrices » (avec un salaire moyen de 35.000 euros). En revanche, dans le marketing et le commercial, mieux vaut être débutant que cadre confirmé pour voir son salaire augmenter.


Meilleures offres à l'étranger

Dans le contexte actuel, mieux vaut aussi travailler cette année loin de Paris pour pouvoir bénéficier d'une hausse de son salaire. « Après une forte hausse en 2008, les salaires proposés dans les offres en Ile-de-France se sont stabilisées (à 40.000 euros) », note l'Apec. « De leur côté, les salaires en province ont très légèrement augmenté »,pour atteindre 36.000 euros. Même constat pour les postes d'encadrement au-delà des frontières de l'Hexagone : « Alors qu'ils étaient restés stables, les salaires proposés dans les offres à l'étranger ont progressé en 2009 », pour avoisiner les 48.500 euros, indique l'étude. En dépit de la crise, la dimension internationale d'un poste reste une valeur sûre : en 2008, 56 % des cadres qui occupaient un tel poste ont été augmentés, « soit 5 points de plus que l'ensemble des cadres ». Enfin, et sans grande surprise, la taille de l'entreprise joue aussi sur les augmentations de salaire. Sur la base des résultats de 2008, les experts de l'Apec constatent en effet qu' « un cadre sur trois a été augmenté dans les entreprises de moins de 20 salariés contre deux sur trois dans celles de 5.000 salariés et plus ».

C. F., Les Echos le 28/10/09
 

Dernières actualités