Les secteurs

Energie verte : Solairedirect veut devenir « plus indien que français »

26.12.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Le numéro deux français du solaire, qui vient de gagner un appel d’offres du gouvernement indien, veut fournir au pays une énergie solaire « ultrafrugale et ultraefficace ».

Double surprise début décembre lors du dépouillement des réponses apportées à l’appel d’offres de la Mission solaire nationale du gouvernement indien. D’une part, le prix le plus bas demandé pour la fourniture d’électricité solaire s’est établi à un niveau beaucoup plus faible qu’attendu. D’autre part, c’est un groupe français largement inconnu ici, Solairedirect, qui a été le candidat le moins-disant.

Cette société, numéro deux du secteur en France, a demandé un prix de 7,49 roupies par kilowattheure, contre 7,97 roupies pour la deuxième meilleure offre et un prix moyen de 8,78 roupies pour l’ensemble des 28 offres retenues. Surtout, ces prix sont environ un tiers plus bas que le prix moyen de l’électricité solaire actuellement en Inde. Si globalement ces résultats ont été salués comme une excellente nouvelle, qui annonce l’avènement d’une énergie solaire abordable dans le pays, certains se sont étonnés de l’agressivité du prix demandé par le producteur français.

Solairedirect, qui va donc construire dans les treize mois qui viennent un site de production d’énergie solaire de 5 mégawatts dans le Rajasthan, affirme cependant ne pas avoir cassé les prix. Au prix demandé, « on peut gagner de l’argent », affirme Thierry Lepercq, président du groupe, de passage en Inde. Ce tarif reflète en particulier la très forte chute du coût des modules photovoltaïques, « passé de 3,5 euros en 2008 à 1,5 euro en 2010 et 0,60 euro aujourd’hui », souligne-t-il.


Un potentiel énorme

Mais Solairedirect adopte également une démarche volontariste : dans un marché où les coûts sont fortement orientés à la baisse, « celui qui fait les prix les plus bas est en avance sur les autres », ajoute le président, qui estime avoir lancé ainsi un double message aux Indiens : « Le solaire est beaucoup plus compétitif que ce que vous croyez et Solairedirect se différencie » en affichant les meilleurs prix.


Pour le groupe français, l’objectif est on ne peut plus stratégique. Alors que le solaire est encore très peu développé en Inde, le marché recèle un énorme potentiel. « Le solaire en est au même point que la téléphonie mobile indienne il y a dix ans. Celle-ci s’est développée en faisant les prix les plus bas au monde et aujourd’hui 800 millions ont un mobile. A l’époque, cela aurait semblé impossible », explique Thierry Lepercq. Dès lors, « si l’on touche le bon prix, on solvabilise un énorme marché », affirme-t-il : l’enjeu est « d’apporter l’électricité aux 300 millions de gens qui n’y ont pas accès aujourd’hui ».

Dans trois ou quatre ans, l’Inde « sera probablement le deuxième marché mondial du solaire derrière la Chine, poursuit le patron de Solairedirect, et notre groupe sera plus indien que français avec davantage de personnel et de chiffre d’affaires en Inde qu’en France ! ». Et si la société réussit à faire « du solaire à l’image de la téléphonie mobile indienne, c’est-à-dire ultrafrugal et ultraefficace, alors nous pourrons l’exporter vers l’Afrique et le reste des pays émergents ».


Patrick DE JACQUELOT, Les Echos, 20/12/2011

Dernières actualités