Les secteurs

Electroménager : le distributeur Findis double de volume en reprenant Cocelec

13.01.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Le groupe angevin reprend son concurrent en difficulté. Il porte ainsi à près d’un millier de magasins son réseau de petites surfaces d’électroménager, d’image et de son.

Le distributeur Findis, basé à Saint-Barthélemy-d’Anjou (Maine-et-Loire), a acquis le 28 décembre son concurrent Cocélec, basé à Saint-Florentin (Yonne), donnant naissance « au premier réseau français d’enseignes de proximité en électroménager, image et son ». Le nouvel ensemble comptera 950 points de vente en France sous les enseignes Proxi Confort, Blanc-Brun et Cuisine Plaisir, détenues par Findis, auxquelles s’ajoutent les magasins de Cocelec, sous enseigne Extra et Domial. Ces points de vente de 80 à 250 mètres carrés sont tenus par des commerçants indépendants.


10.000 clients professionnels

C’est sur ce modèle commercial, offrant une alternative aux grandes surfaces de l’électroménager, que Findis a fondé son développement. Le groupe assure également la formation et l’animation commerciale de ce réseau, notamment en matière d’e-commerce.


Le nouveau périmètre représente un chiffre d’affaires pro forma proche de 300 millions d’euros. Le groupe prévoit à l’horizon 2015  « sur des marchés plus ou moins étals », un chiffre d’affaires situé entre 300 à 350 millions d’euros avec l’objectif d’une marge opérationnelle de 5 %. Findis, fort de six plate-formes formant un système logistique très intégré, conforte également son activité de fournisseur auprès de ce réseau de petits magasins. Le groupe fournit 10.000 clients en incluant les commerçants hors de ses enseignes.

Findis et Cocelec présentent de nombreuses similitudes en matière de marques, de produits et de modèle commercial. Ils sont également complémentaires sur le plan géographique, Cocelec densifiant la présence du groupe sur la moitié est du pays. Mais les deux sociétés ont connu des évolutions différentes. En quatre ans, Findis a enregistré une croissance de 18 % pour atteindre 170 millions d’euros en 2011, avec 250 salariés. Dans le même temps, Cocelec (300 salariés), propriété de la famille Dubost, reculait de 35 %, à 125 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011. L’entreprise se trouvait dans « une situation difficile qui l’aurait conduite au début de l’année, sans ce rachat, au redressement judiciaire avec ses conséquences humaines radicales », indique Frédéric Jumentier, le PDG de Findis. Une restructuration sera cependant engagée « en gardant le maximum de compétences et de fonds de commerce pour la meilleure densité possible », poursuit le dirigeant.

Pour réaliser cette acquisition, Findis a procédé à une augmentation de capital de 10 millions d’euros réalisée par ses actionnaires : Frédéric Jumentier et le management, Activa Capital, EPF, Quilvest et Capzanine. C’est en 2007 que Frédéric Jumentier et les cadres ont acquis, avec le soutien de l’investisseur Abénex, le groupe Findis auprès de la famille fondatrice. En avril 2011, Activa Capital et ses partenaires financiers ont racheté la participation d’Abénex, prenant la majorité du capital de Findis, avec l’objectif d’accélérer la politique de croissance externe du groupe.


Emmanuel GUIMARD, Les Echos, 11/01/2012

Dernières actualités