Les secteurs

Economie : l'e-commerce a dépassé les 30 milliards d'euros en 2010

26.01.2011, source : Les Echos.fr

imprimer

Les ventes sur Internet ont progressé de 24 % en 2010, à 31 milliards d'euros, notamment grâce à d'excellentes ventes de Noël. Les données de la Fevad montrent cependant que les grands sites hors tourisme connaissent des taux de croissance proches des 10 %.


La Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad) a tenu ses prévisions. Comme annoncé il y a un an, les ventes sur Internet ont bel et bien progressé de 24 % en 2010, pour atteindre les 31 milliards d'euros de chiffre d'affaires, contre 25 milliards l'année précédente. Cela représente pas moins de 297 millions de transactions, d'un montant moyen de 91 euros (contre 90 euros en 2009), selon les données des sept plates-formes de paiement qui collaborent avec le syndicat professionnel.

« Nous avons franchi un autre palier, avec 12 transactions par cyberacheteur en moyenne, soit un achat par mois », a souligné Marc Lolivier, délégué général de la Fevad. Avec une progression de 13 %, selon le panel iCE 40 -sur les chiffres de 40 grands sites représentatifs -, le quatrième trimestre a confirmé l'évolution enregistrée au premier semestre, le troisième trimestre ayant été pénalisé par un - relativement -mauvais mois d'octobre. Précisément, les ventes de Noël ont tenu leurs promesses avec une activité égale à 6,2 milliards d'euros, en hausse de 24 % par rapport à la même période de l'année 2009.

Dans le détail, selon Directpanel, trois internautes sur quatre ont utilisé Internet pour faire leurs achats ou trouver des idées de cadeaux de fin d'année. Parmi eux, 2 sur 3 ont acheté sur Internet au moins un de leurs cadeaux. Si l'ordinateur est de loin le moyen le plus courant de faire ses courses de Noël sur la Toile, 16 % des internautes ont utilisé leur téléphone portable et 6 % leur tablette.

Pour l'ensemble de l'année 2010, la Fevad compte 27,3 millions d'acheteurs en ligne, soit 3 millions de plus qu'en 2009. Elle relève que le nombre de cyberacheteurs a progressé plus vite (12 % ) que celui des internautes (9 % ), traduisant la conversion progressive des utilisateurs d'Internet au commerce.

Derrière ces données globalement positives, l'examen précis du bilan de la Fevad fait toutefois ressortir des réalités un peu différentes selon les types d'activité. Bien sûr, tout le monde progresse fortement. Mais, si l'on en croit le panel iCE, en 2010, c'est l'e-tourisme qui a tiré le secteur avec un bond de chiffre d'affaires de 20 %. En 2009, les Voyages-sncf.com et autres Opodo avaient connu un ralentissement de leur croissance, qui affichait un taux de 7 % seulement. En 2010, ils sont revenus au rythme de 2008. A côté du tourisme, les sites destinés aux professionnels ( « B to B ») ont crû le plus (15 % ).


45 milliards à fin 2012

Les autres sites marchands qui s'adressent au grand public (comme La Redoute, Carrefour, la FNAC ou Cdiscount) ont, globalement, connu des progressions de 11 %  « seulement ». La croissance des ventes de produits techniques a été de 10 % et celle du textile de 8 %.

Constatant que les effets de la crise avaient été gommés, les dirigeants de la Fevad estiment maintenant que le marché de l'e-commerce français va encore croître de 22 % en 2011, pour atteindre 37,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires, puis de 20 % en 2012, année à la fin de laquelle la barre des 45 milliards sera dépassée. A titre de comparaison, l'ensemble du commerce de détail français représentait en 2009 un volume d'activité de 457 milliards d'euros.

Dans une autre étude présentée hier par la Fevad, en parallèle du bilan 2010, le cabinet Asterès et le Club des DRH du Net indiquaient que l'e-commerce représentait dans l'Hexagone 33.900 emplois directs (en équivalent temps plein), en hausse de 9 % par rapport à 2009. Le secteur occupe également 25.600 emplois indirects.
 

Philippe Bertrand, Les Echos, 25/01/2011
 

Dernières actualités