Les secteurs

Distribution : vents mauvais sur les distributeurs alimentaires européens

18.01.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Au Royaume-Uni, Tesco a publié hier un avertissement sur résultat après des ventes de Noël décevantes. Le belge Delhaize a, lui, annoncé 5.000 suppressions d’emplois.

La crise financière et les réductions budgétaires qu’elle a entraînées commencent à peser sérieusement sur l’activité des distributeurs alimentaires européens. On connaît les difficultés de Carrefour, qui a vu les ventes de ses hypermarchés français baisser ces derniers mois, à surface comparable. On a appris hier que, à la fois le belge Delhaize et le britannique Tesco, pourtant cités en référence par les experts du secteur depuis plusieurs années, connaissaient eux aussi des déboires que la période de Noël, généralement bonne pour la consommation, n’a pas permis d’éviter.

Hier, Tesco, numéro un de la distribution britannique, a publié un avertissement sur résultat après avoir annoncé un cinquième trimestre d’affilée de baisse de ses ventes à magasins comparables au Royaume-Uni. Le groupe dit désormais s’attendre à une croissance minimale de son bénéfice d’exploitation pour 2012-2013, alors que le marché attendait une augmentation de 10 %.


Tesco en baisse

Du coup, le titre de la société a baissé jusqu’à 16 % hier à la Bourse de Londres, terminant la séance à - 15,99 %, à 323,445 pence. La tempête a été provoquée par des ventes décevantes pendant la période des fêtes de fin d’année. Le chiffre d’affaires à magasins comparables en Grande-Bretagne a reculé de 2,3 % hors carburant et TVA sur la période de six semaines qui s’est achevée le 7 janvier. Les 17 analystes interrogés par Reuters anticipaient une baisse de 0,9 %. Le groupe, qui réalise 70 % de son bénéfice d’exploitation au Royaume-Uni, prévoit de réduire les ouvertures importantes de magasins tout en investissant dans la vente par Internet.


Pour Tesco, la situation est d’autant plus cruelle qu’en septembre dernier l’enseigne a annoncé la baisse des prix de 3.000 produits, une initiative baptisée « Big Price Drop », qui représentait un investissement de 500 millions de livres en faveur des consommateurs britanniques. Il apparaît que ses concurrents, comme Sainsbury ou Argos, qui a offert des promotions de 50 % sur les jouets avant Noël, ont été plus agressifs. De son côté, le groupe belge de supermarchés Delhaize a annoncé hier son intention de supprimer 5.000 emplois après un chiffre d’affaires inférieur aux attentes au quatrième trimestre 2011 aux Etats-Unis et en Belgique. Le distributeur, qui réalise 65 % de son chiffre d’affaires aux Etats-Unis, prévoit d’y fermer 113 magasins. En outre, 20 magasins devraient être fermés en Bulgarie, Serbie et Bosnie-Herzégovine. A magasins comparables, les ventes ont reculé de 0,4 % aux Etats-Unis au quatrième trimestre. En Belgique, le repli a été de 1,5 %.


Philippe BERTRAND, Les Echos, 13/01/2012

Dernières actualités