Les secteurs

Distribution : Système U vise les 20 milliards d'euros de vente en 2015

28.01.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Fort d’une hausse de son chiffre d’affaires de 5,6 % en 2011, le réseau de magasins indépendants entrevoit l’avenir avec optimisme. Grâce, notamment, à une politique de prix bas calquée sur celle de Leclerc.

« La constance est un facteur clef de la compétitivité » : le président Serge Papin n’entend pas changer en 2012 la stratégie gagnante de Système U : prix bas, produits à marque propre de qualité et nouveaux ralliements de commerçants indépendants à la coopérative. La constance, ce sera aussi pour le successeur de Jean-Claude Jaunait, la candidature en juin prochain à un troisième ( « et dernier », précise-t-il) mandat à la tête du réseau de 1.423 points de vente.


Pas de hausse de prix

Alors que les hypermarchés Géant et Carrefour affichent de mauvaises performances dans l’Hexagone, les petits hypers (5.200 m 2 en moyenne) et les supermarchés de Système U se positionnent plus que jamais dans le sillage de Leclerc, l’enseigne qui domine le marché. En 2011, les magasins U ont réalisé 16,07 milliards d’euros de chiffre d’affaires TTC (hors carburant), soit + 5,6 %. Cette croissance, dans un marché difficile depuis juillet, est constituée pour moitié environ (3 % ) d’une hausse des ventes à magasins constants et pour moitié par l’expansion (99.258 m 2 de surface de vente créés).


Pour 2012, les prévisions sont optimistes, « malgré le fait que le consommer mieux a pris le dessus sur le consommer plus » : 17,4 milliards de chiffre d’affaires, en hausse de 8,4 % . Selon le scénario de Serge Papin, la population va croître de 0,7 %, l’inflation dans les produits de grande consommation (PGC) sera de 1,75 %, mais la consommation baissera de 1 %. Dans ce contexte morose, les gains de parts de marché de Système U (+ 0,7 point pour atteindre 10 % ) seront essentiellement générés par la création de 200.000 m 2 de magasins supplémentaires, dont la moitié apportée par le ralliement de Coop Atlantique qui a quitté le réseau Carrefour.

Hors croissances organique et externe, la stabilité sera de mise avec, conjoncture oblige, une volonté ferme de tenir les prix. « En 2011, alors que l’inflation des PGC a été en moyenne de 1,78 %, nos prix n’ont crû que de 0,86 %. Nous sommes deuxième en prix derrière Leclerc. En 2012, nous entendons le rester. Nous n’augmenterons pas nos prix. Nous négocierons au plus près avec les fournisseurs qui proposent 6 % de hausse non justifiés et nous injecterons dans les prix nos gains de productivité », affirme Serge Papin qui précise qu’en 2011, la rentabilité nette moyenne des magasins U, après impôts, s’est établie à 1,9 %.


Poser les valises de la fiscalité

Pour le patron des U, cependant, ces progressions se feront à pression fiscale constante. « Une hausse de la TVA de 2 à 3 points ferait chuter la consommation et casserait le dernier moteur de croissance de la France », prévient-il à propos des projets de TVA sociale. « Il faut poser les valises de la fiscalité et entreprendre un vraie réforme avec une vision globale », ajoute-t-il.


A l’horizon 2015-2017, Système U ambitionne de totaliser 12 % de parts de marché avec 2.000 magasins, ce qui reviendrait à atteindre la barre des 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires.


Philippe BERTRAND, Les Echos, 25/01/2012

Dernières actualités