Les secteurs

Distribution spécialisée : les distributeurs réduisent les effectifs des services après-vente

01.06.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Hier, les syndicats de Conforama ont demandé au tribunal de grande instance de Meaux de bloquer le plan de suppression de 288 postes dans le service après-vente de l’enseigne d’équipement de la maison. Une activité en déclin qui a déjà été restructurée chez Carrefour et But.

Les élus du comité central d’entreprise (CCE) de Conforama ont assigné en référé, hier à Meaux, la direction du groupe afin de demander la suspension du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) prévoyant la suppression de 288 postes dans le service après-vente. « Nous demandons la suspension de la procédure car le cadre d’appréciation des difficultés économiques n’est pas bon », a dénoncé maître Barbara Vrillac, avocate des élus du CCE. L’enseigne rachetée en 2011 à PPR par le sud-africain Steinhoff prévoit la suppression de 288 postes et la fermeture de sept centres de service après-vente sur douze en France. L’intersyndicale CGT, CFDT, FO et CFE-CGC dénonce « un plan social boursier, non conforme à la législation ». La décision sera rendue le 20 juin.

Du côté de la direction de Conforama, on précise que le projet prévoit également la création de 70 postes et que 252 postes sont disponibles au sein de l’entreprise en France pour reclasser les salariés. Soit un total de 332 postes. Les dirigeants du distributeur rappellent aussi qu’ « en juin 2011 il avait été proposé de filialiser Saveo afin de lui permettre de travailler pour d’autres enseignes ou sites d’e-commerce ».

Pour M e Jean D’Aleman, avocat de Conforama, le service après-vente est un secteur d’activité « en déclin ». Il devrait faire « 600.000 interventions » par an et « en 2012 elle en a fait 312.000 », a-t-il regretté. Depuis 2006, la baisse de ces interventions est précisément de 37 %, « ce qui fait que nos coûts sont supérieurs de 35 % à la moyenne du marché », indique un porte-parole.

De fait, les groupes de distribution réduisent un à un leurs réseaux de SAV, le prix unitaire des produits conduisant les consommateurs à opter pour le remplacement plutôt que pour la réparation. Dès 2006, Carrefour a envisagé de réduire le nombre de ses SAV régionaux de sept à trois. Dans la région sud-ouest de l’enseigne, deux plans sociaux successifs ont été recalés par la justice. Début 2012, But, le grand concurrent de Conforama, annonçait pour sa part l’externalisation de son service après-vente pour l’électroménager en transférant l’activité, et ses 165 employés, à une nouvelle société, La Compagnie du SAV, elle-même ouverte aux autres distributeurs.


Philippe BERTRAND, Les Echos, le 31/05/2012

Dernières actualités