Les secteurs

Distribution spécialisée : LDLC veut ouvrir 40 magasins en 5 ans

19.06.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Le site spécialisé dans l'électronique LDLC vise les 500 millions d'euros de chiffre d'affaires. Il mise sur la franchise, et espère atteindre les 40 boutiques dans 5 ans.

C’est une rareté. Alors que le secteur traverse de grandes difficultés, il existe en France un distributeur spécialisé dans l’électronique qui non seulement résiste, mais se développe. C’est la PME lyonnaise LDLC, qui exploite 7 sites marchands dont LDLC.com. Elle a annoncé, la semaine passée, avoir « largement dépassé ses objectifs » pour son exercice 2012-2013, avec un chiffre d’affaires en hausse de 17,5 %, à 207,8 millions d’euros, un résultat opérationnel courant en croissance de 43 %, à 7,6 millions, et un résultat net de 4,5 millions contre 3,2 millions pour l’exercice précédent.

« Nous sommes ainsi en ordre de marche pour atteindre notre objectif : franchir le cap des 500 millions de chiffre d’affaires à cinq ans », déclare dans un communiqué le directeur général, Olivier de la Clergerie. « Nous sommes de vrais spécialistes », explique aux « Echos » son frère Laurent, ingénieur de quarante-trois ans qui a créé la société familiale en 1996 dans le garage de ses parents et en assure la présidence. Avec un positionnement qui ne consiste pas à casser les prix. Par exemple, « alors que le marché des PC portables les moins chers s’effondre en raison du développement des tablettes, qui sont aussi chez nous en forte croissance, nous continuons à en vendre, dans le segment supérieur à 500 euros. Nous ne nous battons pas sur le prix. » LDLC a aussi bénéficié de l’ « effet Free » pour les smartphones. L’opérateur low cost offrant des abonnements à prix cassés, mais ne finançant pas les téléphones, il a conduit toute une nouvelle génération d’utilisateurs à acquérir par eux-mêmes leur appareil. Fort du succès de son positionnement, le cybermarchand entend se doter d’un second moteur de croissance. Ses dirigeants, qui exploitent déjà deux magasins en propre, à Paris et à Lyon, vont se lancer dans la franchise. Objectif : construire un réseau de 40 boutiques de 150 m2 environ dans les cinq ans. Le modèle économique est simple : un emplacement au loyer peu élevé en dehors des centres-villes.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 17/06/2013

Dernières actualités