Les secteurs

Distribution : pour relancer l'activité, Auchan va mener une offensive très forte sur les prix en France

17.03.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Avec un chiffre d’affaires de 44,4 milliards d’euros, le distributeur nordiste a dégagé en 2011 un résultat net de 810 millions. Mais, derrière ces bons chiffres, se cachent les difficultés réelles de l’activité dans la zone euro et en France. D’où l’annonce d’une nouvelle guerre des prix.

Les résultats 2011 du groupe Auchan sont tirés par les activités implantées en Europe de l’Est et en Asie. Plus précisément, en Russie et en Chine. L’an passé le chiffre d’affaires issu de ces deux zones géographiques a crû de + 13,6 %, à 13 milliards d’euros. Dans le même temps, les ventes de l’Europe occidentale n’ont progressé que d’un petit + 1 %, à 31,3 milliards. Au final, les revenus du groupe nordiste ont progressé de + 4,4 %, à 44,4 milliards.

Le résultat net part du groupe s’est inscrit, lui, en hausse de + 15 %, à 810 millions d’euros (soit plus de deux fois celui de Carrefour, pourtant deux fois plus gros) et le résultat d’exploitation courant est stable, à 1,3 milliard. Pour autant, l’Ebitda baisse pour la première fois depuis 2007, de - 5,5 %, à 2,3 milliards d’euros. Un fléchissement qui reflète les difficultés de l’activité dans la zone euro, qui représente encore 71 % des ventes.

Non coté, le groupe détenu par la famille Mulliez ne publie pas de chiffres très détaillés. Pour autant, on perçoit le phénomène dans la faible progression du chiffre d’affaires en comparable hors essence, à + 0,9 %, malgré le dynamisme des points de vente russes et chinois. « Très clairement, il y a eu une dégradation du contexte économique et une cassure en août au moment de la publication des plans de rigueur au Portugal, en Espagne, en Italie, en Roumanie, en Pologne et même en France », a commenté ce mardi, au siège du groupe à Croix (près de Lille), Xavier de Mézerac, le directeur financier.


Vents mauvais

En France, les ventes des hypermarchés ont progressé de + 1,4 % en valeur absolue, à 16,6 milliards. Mais si l’on retire l’impact de la hausse de prix de l’essence et celui de l’ouverture de 3 nouveaux magasins (à Tourcoing, à Sarcelles et à Arras), on arrive à une baisse de - 0,6 %, malgré l’apport de 16 nouveaux « drive », ces points de livraison des commandes Internet accolés aux surfaces de vente. « Le retour de la crise a été une surprise », a reconnu Vincent Mignot, directeur général d’Auchan France. Au cours des quatre derniers mois de 2011, les ventes des rayons non alimentaires ont ainsi baissé de - 6 %. Pour contrer ces vents mauvais, l’assortiment des produits premiers prix a été renforcé et, globalement, l’enseigne a multiplié les promotions.


Dernier indice des piètres performances de la zone euro : les 185 millions de dépréciations d’actifs inscrits dans les comptes pour le Portugal, l’Espagne, mais, surtout, l’Italie (108 millions).

En 2012, Auchan annonce « une offensive très forte sur les prix en France », mais compte également investir dans le développement. Quelque 43.000 m 2 de surface de vente supplémentaires vont être créés dans l’Hexagone, et un nouveau concept bio, baptisé « Coeur de nature », va être testé en région parisienne. Sur le plan international, le groupe entend conforter sa place de leader des hypermarchés en Chine en ajoutant, avec son partenaire Ruentex, 63 magasins (50 RT Mart et 13 Auchan) aux 248 existants, Taiwan compris.


Philippe BERTRAND, Les Echos, 14/03/2012

Dernières actualités