Les secteurs

Distribution : Marks & Spencer joue gros dans le non-alimentaire

09.11.2013, source : Les Echos.fr

imprimer

Le distributeur britannique Marks & Spencer subit une moindre dégradation des ventes de vêtements. La période de Noël, soutenue par une grande campagne publicitaire, sera cruciale.

Le distributeur britannique Marks & Spencer est peut-être sur le point d'enrayer la chute de ses ventes dans l'habillement, le segment sur lequel son patron Marc Bolland est le plus attendu par les investisseurs. Alors que les ventes pour le semestre clos en septembre ont gagné 3,6 % sur un an, à 4,9 milliards de livres, les ventes de « marchandises générales », essentiellement les vêtements, n'ont régressé, à magasins comparables, que de 1,3 %, contre 1,5 % attendu par les marchés. Surtout, la collection automne-hiver, en magasins depuis les trois dernières semaines de septembre, « a été bien reçue par les clients et nous avons senti les premiers signes d'amélioration », a expliqué Marc Bolland, le 5 novembre. Cela signifie que la saison de Noël se présente bien. Résultat le 9 janvier avec le détail des ventes du groupe pendant les vacances.

En attendant, la Bourse de Londres a apprécié. Le cours de l'action grimpait de plus de 4 % en début d'après-midi mardi 5 novembre, malgré un recul de 9 % du profit semestriel retraité, à 262 millions. Depuis le début de l'année, le titre Marks & Spencer a progressé d'un tiers.


L'alimentaire et l'international

Sur les six premiers mois de l'exercice 2013-2014, les ventes dans l'alimentaire - environ la moitié du total de l'activité de l'enseigne - se sont bien tenues. Elles ont gagné 3,2 % à magasins comparables. Le groupe s'est en outre montré ambitieux à l'international, comme en témoignent les deux ouvertures récentes en France, dans le centre commercial Aéroville, près de l'aéroport de Roissy - Charles-de-Gaulle, et dans celui de Beaugrenelle, proche de la tour Eiffel. Au total, 50 nouveaux magasins devraient être ouverts au second semestre, portant le total à 500.

Mais l'international ne pèse encore que 17 % des ventes. C'est surtout la confirmation de l'amélioration de l'activité dans les vêtements au Royaume-Uni qu'attendent les marchés, car c'est sur ce segment que les marges ont le plus de potentiel de progression. Le plan pour reconquérir le coeur des Anglaises de 50 à 70 ans a été lancé mi-2012. Le distributeur joue gros sur une campagne de pub baptisée « Les femmes leaders », avec notamment l'actrice Helen Mirren, qui joue dans « La Reine ».

Face aux enseignes discount comme Primark dont les ventes s'envolent, Marks & Spencer n'a pas encore gagné la partie. L'économie britannique se reprend mais les revenus des ménages restent sous pression.

Nicolas MADELAINE, Les Echos, 06/11/2013

Dernières actualités