Les secteurs

Distribution : les achats en ligne de produits de grande consommation ont dépassé le cap du milliard d'euros depuis le début de l'année

23.09.2012, source : Les Echos.fr

imprimer

Selon le panéliste Kantar Worlpanel, le « drive » représente désormais 2,5 % du marché français de l’alimentaire.

Longtemps à la traîne sur le marché du commerce électronique, les distributeurs reconquièrent du terrain depuis qu’ils privilégient le « drive » (la collecte des achats par le consommateur dans un magasin ou un entrepôt dédié) à la livraison à domicile.

La 17 e édition du Référenseigne Expert, l’étude de référence de Kantar Worldpanel, indique qu’en cumul entre le 1 er janvier et la fin juillet 2012, les achats en ligne de produits de grande consommation (PGC) plus les produits frais en libre-service ont passé le cap du milliard d’euros. Ils contribuent de fait à 31 % de la hausse des ventes des enseignes confirmant le fait que le « drive » est devenu le nouveau moteur de croissance des Leclerc, Auchan, Intermarché, U et autres Carrefour. Il s’agit bien du « drive » puisque ce mode de distribution a représenté 89 % des ventes en ligne des distributeurs alimentaires, contre 11 % seulement pour la livraison à domicile.


1.000 « drives » en France

Au total, le « drive » a atteint désormais une part de marché de 2,5 % en juillet, soit l’équivalent de celle du hard discounter Aldi, et 10,7 % des ménages français utilisent ce canal d’achat, avec, en moyenne annuelle, treize gros paniers par an représentant 28 % de leurs dépenses annuelles en matière de PGC.

En juin dernier, Le Site Marketing, qui les recense, annonçait le franchissement de la barre des 1.000 « drives » dans l’Hexagone.

Dans son récent avis sur l’e-commerce, l’Autorité de la concurrence note pour sa part que l’alimentaire constitue 3 % du marché du commerce électronique français, contre 5 % pour les produits culturels, 6 % pour l’équipement de la maison, 11 % pour l’habillement comme pour les produits bruns et blancs, 14 % pour les services (jeux, billetterie, sites de rencontres, etc.) et 40 % pour le tourisme (les autres produits représentant 9 % des ventes du secteur).

En observant au vu de ces chiffres que les produits dématérialisés (services, réservations de voyages et de séjours touristiques, livres et disques) accaparent 59 % du e-commerce, on comprend que les ventes de PGC ne constituent qu’une niche. Mais, selon Kantar, une niche importante pour les distributeurs alimentaires, même si le « drive » cannibalise en partie l’activité de leurs magasins.


Philippe BERTRAND, Les Echos, le 21/09/2012

Dernières actualités