Les secteurs

Distribution : le rythme de croissance de Système U ralentit

08.02.2014, source : Les Echos.fr

imprimer

Le réseau coopératif de distribution, Système U, a vu ses ventes progresser de 3,5 % en 2013. Pour 2014, l’objectif est de 2,5 %, avec un gain de 0,3 point de part de marché.

Même s’il figure parmi les bons élèves de la grande distribution en 2013, Système U n’est pas épargné par les tensions sur le pouvoir d’achat des Français. Et il ne le sera pas cette année. « On va la jouer modeste en 2014 car le contexte est un peu plus inquiétant », a reconnu Serge Papin, le 4 février dernier au cours d’une conférence de presse à Paris. Le président du groupement de commerçants indépendants a ainsi fixé un objectif de progression de son chiffre d’affaires de 2,5 %  sur l’exercice en cours (avec 0,3 point de gain de part de marché), une performance inférieure à celle de l’an passé, + 3,5 %, à 18,4 milliards d’euros, hors carburants.

Si l’on se souvient qu’en 2012 la progression des ventes avait été de 11 % et que les U avaient conquis 0,6 point de part de marché (contre 0,4 en 2013), on comprend que la dynamique du réseau coopératif n’est plus aussi forte que ces dernières années. Système U ne fait plus mieux que Leclerc et, à périmètre constant, sa progression reste bonne (+ 2 % ), mais encore une fois inférieure à celle de l’année précédente (3,3 % ).

Même essoufflement sur le plan du développement. En 2012, le groupement avait grandi de plus de 200 000 mètres carrés de surface de vente, dont la moitié issue du ralliement des hypers et supers des Coop Atlantique, contre 91 000 mètres carrés seulement l’an passé (+ 3,8 % ). A l’évidence, en dehors des formats de proximité, le marché français de la grande distribution arrive à saturation.

Le poids de la crise se fait aussi sentir par les arbitrages qu’effectuent les consommateurs. En affirmant que les ventes de produits de grande consommation avaient grimpé de 4,2 % en 2013, Serge Papin a reconnu que les produits alimentaires avaient souffert. « Nous avons aussi constaté que les clients privilégiaient le coeur de gamme au détriment du premiun, et les produits bruts aux produits préparés. Les ventes de notre rayon traiteur ont, par exemple, plongé de 20 %. » Si, globalement, Système U a perdu du terrain sur le grand frère coopérateur Leclerc, c’est aussi parce que les enseignes Hyper U et Super U n’ont pas bénéficié de l’effet drive. Soucieux de ne pas développer des drives dits « solo » à la rentabilité incertaine, CoursesU.com a réalisé 350 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013.

Changement d’époque

Pour autant, le groupement ne renonce pas à toute ambition sur le Web. Il vient de prendre une participation dans TEA, le site de téléchargement de livres numériques (200 000 au total) développé par les librairies de Decitre. Conscient que l’avenir des magasins passe aussi par le commerce électronique, Guillaume Darras, directeur général de Système U, a forgé le nouveau credo des distributeurs : « Nous sommes passés de tout sous le même toit au tout sur la même Toile. » Une jolie formule qui pointe le changement d’époque que vivent les grandes surfaces alimentaires.

Les chiffres clés

18,45 milliards d'euros
Le chiffre d'affaires TTC et hors carburants de Système U en 2013.
+3,5 % 
L'évolution des ventes à périmètre non comparable.

Philippe BERTRAND, Les Echos, 05/02/2014

Dernières actualités